Retour en page d'accueil de Dialogus

David
écrit à

Arthur Rimbaud


Les chercheuses de poux


   

Bonjour Arthur Rimbaud,


Être un très grand poète
Est un destin qui vaut plus qu'une cacahuète,
Alors ce soir encore juste après l'apéro,
Je sifflais de tes vers en sortant du bistro.

Pourtant ma glotte triste avec tes poésies
Se plaisait à rêver des ex-anesthésies,
Où le monde à l'envers repliait mes genoux
Avant que ton poème, il me cherche des poux.


Cher monsieur,

J'aime beaucoup l'idée que mes vers soient «sifflés» après l'apéro, étant moi-même fort adepte de la chose. Vous me voyez en revanche désolé que mes vers vous aient cherché des poux, encore que c'est peut-être bien là le but de tout poème, démanger les lecteurs...

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************