Retour en page d'accueil de Dialogus

Baptiste
écrit à

Arthur Rimbaud


Homosexualité


   

Cher Arthur,

Je me suis attendu à ce que le sujet vous inspire une grande peur, mais je veux vous rassurer, je ne vais rien vous demander à propos de votre relation avec Verlaine. Il s’agit de votre vie privée – même si tout le monde aimerait en savoir plus à ce sujet – et vous avez parfaitement le droit de refuser d'en parler. Quant à moi, j’ai 14 ans, je suis encore loin d'avoir vos capacités même si je reconnais avoir un peu de talent en la matière (je n’ai jamais écrit de poèmes mais j’y songe et cela me plairait beaucoup, je pense). Simplement, je suis fasciné de voir que, si jeune que vous étiez, vous avez laissé des oeuvres d’une qualité rare; vous étiez décidément un génie, Arthur. J’aimerais vous confier que moi-même je suis homosexuel, mais n’ayant jamais eu la certitude ni la confirmation que vous étiez ne serait-ce que bisexuel – et me doutant que jamais vous ne voudrez me la donner (sauf si vous y mettez du vôtre et que vous me dites enfin si vous êtes hétéro, bi ou homo) – j’aimerais vous poser une autre question à ce propos. Quelle est votre opinion au sujet de l’homosexualité? Et quelle est l’opinion de la société de votre époque là-dessus? Êtes-vous d'accord avec ce que pense cette société à votre époque?

Je vous ai toujours trouvé beau et charmant, et je n'ai jamais résisté à votre visage d’ange… Décidément, vous voyez que vous plaisez aussi aux garçons – sans vouloir vous paraître déplacé, bien entendu. En France, à l’époque actuelle, l’homosexualité est enfin acceptée, bien que le mariage homosexuel ne soit pas encore permis, ni même l’adoption par des parents homosexuels - alors que c’est le cas en Belgique par exemple, qui est très tolérante à ce sujet.

J’espère ne pas vous avoir trop irrité et attends impatiemment une réponse de votre part.

Bien à vous (amicalement),

Baptiste


Cher monsieur,

Vous ne m’irritez pas mais je suis surpris de voir que cette question semble la plus importante aux yeux de vos contemporains, ce qui m’attriste un peu. Je ne me suis jamais défini en fonction de mes préférences sexuelles, qui relèvent en effet de la vie privée et ne regardent pas les autres. L’homosexualité a été une étape dans ma vie, dans mon parcours, j’ai aimé un homme comme j’ai aimé plusieurs femmes et je n’ai pas vraiment d’opinion sur le sujet, si ce n’est que chacun doit faire ce qu’il veut et expérimenter ce qu’il souhaite, à condition d’en sortir grandi et enrichi. Il est inutile de vous dire que je m’inscris en porte-à-faux de mon époque là-dessus, qui considère ce penchant diabolique et immoral. Je suis heureux de constater que les mœurs évoluent!

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************