Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Pauline et Aline
écrivent à

Arthur Rimbaud


Et votre maman?


   

Cher Arthur,

Nous vous écrivons pour vous aider dans votre décision et pour vous réconforter. Nous vous conseillons d’écrire un poème à votre mère, pour lui montrer que vous l’aimez et que vous avez bien fait de partir pour Paris. Vous devriez aussi lui écrire une lettre pour lui demander de payer les treize francs de chemin de fer. Depuis combien de temps êtes-vous à Paris? Votre professeur vous aidera sans doute, mais demandez à votre mère de vous aider, car elle doit beaucoup s’inquiéter. 

Vous ne devriez pas entrer dans l’armée. Quand vous quitterez l’armée pour retourner en Europe, il vous faudra un faux nom. Vous ne devriez pas faire confiance à ce Paul Verlaine, il va vous  trahir. Vous ne devriez pas, non plus, faire des choses illégales. Mais n’arrêtez pas la poésie car vous êtes un grand poète!

Nous espérons  que vous allez suivre nos conseils, que vous allez vous réconcilier avec votre mère. Nous sommes de tout cœur avec vous et nous espérons que vous allez sortir rapidement de prison et ne plus jamais y retourner.

Pauline et Aline


Mesdemoiselles,

Que n'ai-je reçu cette lettre avant! Ses prédictions m'auraient sans doute évité bien des déconvenues, mais on apprend de ses échecs, paraît-il... Je ne sais pas, toutefois, si écrire un poème à ma mère aurait été très productif, attendu qu'elle goûtait peu la poésie et qu'elle tenait ferme les cordons de la bourse. Je suppose que je l'ai inquiétée dans ma jeunesse, mais elle n'a jamais très bien su montrer ses sentiments. Nous sommes aujourd'hui en termes plutôt cordiaux, mais je pense que la distance existante entre nous aide à cette bonne entente.

Je vous remercie de votre appréciation sur ma poésie, mais je suis au regret de vous annoncer que je ne reviendrai pas sur ma décision.

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de
        page************************