Retour en page d'accueil de Dialogus

Sébastien
écrit à

Arthur Rimbaud


Enfants


   

Bonjour Arthur,


As-tu laissé quelque progéniture terrestre en ce bas monde, ici, là, en Europe ou du coté du Harar, d'Aden ou de Chypre?


Mes respects,

Sébastien


Cher monsieur,


Au risque que ma réponse vous déçoive, je n'en ai pas la moindre idée... Si c'est le cas, leur(s) mère(s) ne m'en ont pas fait part. Néanmoins, cela me semblerait bien improbable...


Bien à vous,

Rimbaud


Cher Arthur,
La progéniture que je connais est magnifique, elle a bouleversé la littérature française. Tu en es le père. Au-delà de ça, tu préfères quoi comme patelin parmi ceux que j'ai cités?


Gauloisement,

Sébastien


Cher monsieur,

Vous m'intriguez de plus en plus... Des noms, de grâce! Pensez à l'émoi d'un père putatif devant la probabilité d'une descendance... physique, n'est-ce pas? J'ai en effet eu vent de certains jeunes gens qui se proclamaient mes héritiers spirituels, mais j'ose croire que ce n'est pas de cela qu'il s'agit dans votre missive.

Quant à votre question, que vous dire? L'Europe «aux vieux parapets» aura toujours pour moi le charme du passé, de l'enfance -aussi sévère qu'elle ait pu être- mais les autres contrées évoquent à mes yeux l'indépendance et la liberté, pour limitée qu'elle soit. Chypre, c'était la porte de l'Orient, Harar, c'est le désert et l'aventure, et Aden, c'est la promesse d'une nouvelle vie, même si je sens de plus en plus qu'elle sera décevante.

Peut-étre suis-je un éternel insatisfait...


Bien à vous,

Rimbaud


Cher poète désœuvré,

Bien sûr que je parle de ces jeunes gens fous de vos écrits! Dites merci à Verlaine, nom de Dieu! Tiens, c'est dit, Dieu n'a-t-il rien fait pour vous? N'êtes-vous pas là où vous vouliez être, comme vous l'avez écrit, dans les pays chauds? Et votre retour, vous y pensez à votre retour triomphal?

La France découvre une nouvelle forme d'écriture, vous en rendez-vous compte? Elle ira jusqu'à inspirer des Américains en peu de temps! Réveillez-vous Arthur, revenez! Vous en aurez, des enfants! La vraie vie n'est pas ailleurs, elle est ici, vous vous êtes leurré vous-même!

Sinon, pour en revenir à notre sujet, je connais bel est bien un Arthur junior, du coté de Valenciennes (connaissez-vous cette région minière?), un sportif qui ne pense qu'à rendre son corps élégant et à battre la campagne pour combattre à la lutte ...


Cher monsieur,

Je ne sais pas si Dieu a quelque chose à voir dans tout ça... Quant à revenir, ça m'est difficile pour l'instant. Néanmoins, je suis curieux de voir en quoi j'ai pu inspirer des Américains, sachant que les Anglais n'ont pas semblé très impressionnés par mes écrits. Mais tant mieux, j'en éprouve une certaine fierté... Et vous saurez que je rends quotidiennement des actions de grâce à Verlaine, silencieuses, il est vrai, puisqu'il a préféré couper les ponts avec moi d'une manière ô combien inélégante et brutale.

Je suis ravi de savoir que votre Arthur se forge un vrai corps d'homme! Et pour répondre à votre question, Valenciennes m'est à peine connue, même si je ne vous cacherai pas que les cités minières ne m'intéressent que bien modérément.


Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************