Retour en page d'accueil de Dialogus

Adrien Rimbaud
écrit à

Arthur Rimbaud


Comme prévu


   

Salut Arthur,


Je te remercie d'avoir acheté pour une bouchée de pain ce terrain au Soudan, c'est désormais une mine de plomb qui me rapporte gros!

Voilà comme convenu le poème qui t'a rendu célèbre:

Le dormeur du val

«C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent; où le soleil, de la montagne fière,
Luit: c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme:
Nature, berce-le chaudement: il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.»


Je te passerai les autres dans les prochaines lettres. Tâche d'avoir une femme et de l'engrosser maintenant, sinon je ne pourrais pas exister!


À plus, prépuce


Cher monsieur,

Je suis heureux de savoir que j'ai un homonyme, mais je vois mal comment vous pourriez être de ma lignée, attendu que je n'ai pas pris femme et n'ai pas eu d'enfants, ou du moins pas que je sache... Il est possible néanmoins que quelques bâtards (ceci dit sans offense), bien peu nombreux, existent ici ou là...

Quant à ce terrain du Soudan, je ne vois pas à quoi vous faites allusion! Mes pérégrinations m'ont mené en Somalie et en Éthiopie, peut-être sur les marches du Soudan, mais jamais je n'aurais acheté de terrain dans ces terres désolées!

Je suis surpris également de ce que vous m'envoyiez «Le dormeur du val»... J'aime beaucoup ce texte, mais j'espérais être connu pour «Le bateau ivre», qui me semble tout de même d'une autre teneur...

Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************