Retour en page d'accueil de Dialogus

Doriane
écrit à

Arthur Rimbaud


Arthur Rimbaud, le poète malheureux


   

Mayenne, le 5 Octobre 2012

Cher enfant poète,

Collégienne moi-même, j'ai lu ta lettre du 5 Septembre 1870, envoyée à ton professeur de français; elle m'a beaucoup touchée. Tu devais être bien malheureux pour avoir quitté ta famille! Si je t'avais rencontré à Paris, je t'aurais invité à la maison et tu m'aurais raconté tes malheurs et ta fugue, car moi, j'ai la chance de vivre dans une famille unie. Je n'aurais pas eu le courage de quitter ma maison et toute ma famille. Je trouve que tu as eu beaucoup de courage de partir seul, sans un sou en poche.

J'ai aussi lu ton poème «Ma bohème». Il m'a beaucoup plu. J'avais l'impression de voyager avec toi et je rêvais.


Je suis impatiente d'avoir de tes nouvelles et je te prie de recevoir mes sincères salutations,

Doriane


Chère Mademoiselle,


Comme c'est gentil! Néanmoins, je tiens à vous prévenir que les dernières personnes qui m'ont reçues chez elles -surtout quand j'étais plus jeune- n'ont pas vraiment eu à s'en féliciter... Je suis très ours, et ma timidité me conduit souvent à dire et à faire des horreurs.

Quant à mon courage, je pense que, lorsqu'on n'a pas d'autre solution, c'est davantage du désespoir. Croyez bien que je n'étais pas très à l'aise, sans le sou à Paris. Mais quelle école de vie et de débrouillardise! Votre époque est peut-être trop gâtée pour pouvoir connaître le bonheur qu'il y a à vivre de peu.


Bien à vous,

Rimbaud

************************Fin de page************************