Retour en page d'accueil de Dialogus

Peter Pan
écrit à

Arthur Rimbaud


Arthur qui brûlez tout, apprenez-moi un peu!


   

Cher grand esprit,

je m'ennuie à mourir (ou plutôt, à fuir). Que puis-je faire? (à part apprendre "Le bateau ivre", déjà fait; tout révéler sur moi à une personne à jolie bouche, déjà fait; sombrer dans la drogue, exclu).

Peter Pan
(exilé de force du fameux Neverland, ou sinon je ne m'ennuierais pas. Il faut bien assurer un minimum de cohérence, Peter Pan nes'ennuie pas)


Cher monsieur,

Renseignements pris sur vous, l'ennui ne devrait effectivement pas vous habiter... Que vous dire? Si vous vous ennuyez à fuir, comme vous dites, fuyez; si vous avez déjà appris «Le Bateau ivre» -morceau dont je m'avoue un peu vain- écrivez le vôtre (je me suis laissé dire que vous ne manquiez pas d'imagination); si la jolie bouche de la personne le permet, embrassez-la; bref, vivez intensément, quitte à vous étourdir un moment. Je vous promets que l'ennui s'éloignera, même si, hélas! ce ne doit être que temporaire.

Bien à vous,

Rimbaud

Cher enfant,

Merci d'avoir répondu si vite, j'étais quant à moi dans l'incapacité de le faire jusqu'à aujourd'hui. La jolie bouche de la personne en question ne l'a pas permis, ce qui m'ôte le courage de tenter d'écrire, et j'ai bien peur que fuir (seule) ne me permette pas d'échapper à la solitude. Je ne peux (évidemment) pas transmettre ce que je pense avec votre talent. Et je ne me laisse pas étourdir si facilement, hélas... Mais vous avez certainement des problèmes bien plus douloureux et s'apitoyer comme moi sur son sort est  intolérable, aussi je vous laisse. J'essaierai quand même de suivre vos conseils (je dois absolument faire semblant de ne pas perdre espoir).

Je suis pathétique. Vous avez tout vécu et épuisé toute la substance du monde, par votre seule imagination, alors qu'à mon âge, je n'ai rien eu et j'ai déjà tout perdu.

C'est bien flou tout ça. Bien à vous, et arrêtez l'absinthe si ce n'est déjà fait.

Peter.


Cher Peter,

À vous lire, je ne peux vous répondre qu'un seul mot: osez!

Vous avez la jeunesse, vous devez donc avoir l'audace et la confiance. Ou alors les temps ont bien changé, ce qui ne m'enthousiasme que peu et risque de me renvoyer dans les bras de la fée verte.

Sachez au passage que je l'ai abandonnée depuis longtemps, incompatible et introuvable qu'elle est avec le désert.

Bien à vous,

Rimbaud



Rimbaud, merci!

Je vais essayer d'oser encore. J'ai eu l'audace et la confiance (en forçant un peu la nature pour cette dernière) mais il me manque le talent pour fabriquer une vie intéressante (je l'ai constaté. On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, sauf moi -donc à dix-huit, je vous en parle pas). Par contre je vous rassure -même s'il m'en coûte: la jeunesse explose toujours, seulement c'est peut-être avec plus de cynisme et moins d'espoir en la révolte.

Mais votre attitude me semble un peu paradoxale; du fond de votre désert, vous avez l'énergie d'espérer que la relève brille encore?
Vous êtes le seul poète que je crois comprendre.

Pan.
************************Fin de page************************