Retour en page d'accueil de Dialogus

Giulia
écrit à
Porthos
Porthos


Grand personnage de la littérature, Porthos


   

Monsieur Porthos,

Je me permets de vous écrire pour vous exprimer ma sincère admiration. Je crois que, parmi les trois mousquetaires, vous êtes celui qui avez le mieux représenté ma façon de voir la vie. Pourquoi nos devoirs et nos tâches doivent-ils nous empêcher de vivre les moments de plaisir de la vie? Pourquoi suivre un code moral restrictif au point de nous forcer à éviter le vin, les belles compagnies, la musique et la littérature?

Vous avez bien compris les vraies valeurs, comme l'amitié et la loyauté, sans délaisser les plaisirs de la vie, car pour aimer et être aimé nous devons aussi nous aimer nous-mêmes.

Dans l'attente de votre aimable réponse, je vous prie d'agréer, monsieur Porthos, mes salutations distinguées,

Giulia



Chère amie,

Voilà une missive qui ne peut que me réjouir le cœur. Vous êtes en train de parler du bonheur, savez-vous cela? Oui, je prends les bons moments et je les chéris particulièrement. Comme un ami. Comme une amante. Et le reste du temps, je fais mon devoir, même si cela veut dire mourir: au moins entretemps j'aurai vraiment vécu. S'il n'y avait l'amour et les jeux de l'amour, le vin et la bonne cuisine, la musique pour nous faire danser et chanter, la littérature et tous les arts... la vie vaudrait-elle la peine d'être vécue? Je ne sais, car dans ce cas, nous ne serions que des animaux. Aramis, d'Artagnan, Athos, mes frères, voyez ce que je dis à cette dame du futur! Ne le diriez-vous pas aussi?

Portez vous bien, Dame Giulia,

Mes pensées vous accompagnent.

Porthos
************************Fin de page************************