Retour en page d'accueil de Dialogus

Fatou
écrit à

Pocahontas


Votre vie passionnée


   

Bonjour,

Je suis très heureuse de correspondre avec vous, vous êtes ma princesse préférée. La nature qui vous entoure me passionne. De nombreuses questions me tracassent.

Pourquoi votre mariage avec Kocoum  était-il inconnu? Était-ce un mariage forcé? Ou un mariage voulu? Kocum était-il prétentieux comme dans les films? Quand vous êtes arrivée au Royaume-Uni, la nature vous a-t-telle manqué, comme votre père et votre village?
Est-il vrai que vous en voulez à votre père, car il a accordé plus d'importance aux armes et donc vous avez préferé aller vivre avec les anglais?

J'espère que vous allez me répondre. Je suis curieuse de voir votre réponse,

Fatou


Wingapô Fatou,

Je vous remercie pour votre lettre et je suis moi-même ravie de pouvoir correspondre avec vous. Vous savez, je ne suis pas réellement une princesse, je ne suis que la fille d'un chef très puissant mais le sang royal ne coule pas dans mes veines.

Je suis interloquée: comment savez-vous que mon premier mari se nommait Kocoum? Mon premier mariage n'est pas un secret, j'en ai parlé dans une précédente lettre. Ce n'est pas non plus un sujet que j'aborde très facilement mais cela semble vous tenir à cœur, alors je vais faire un petit effort pour vous faire plaisir. La notion de mariage forcé me semble floue. Dans nos coutumes, qui sont très différentes des vôtres, c'est le père qui choisit le mari de sa fille. C'est donc Père qui a accordé, en 1610, ma main à Kocoum, qui était un brave et puissant guerrier de notre tribu. Je ne pense pas pouvoir dire qu'il était prétentieux. C'était un homme imposant, conscient de sa force, voilà tout.

Je suis arrivée en Angleterre en cette année 1617. Tout est si différent de mes terres natales que bien entendu la nature, la Virginie et Père me manquent mais ils sont avec moi à chaque instant, dans mon cœur et mon esprit.

Pour répondre à votre ultime question, je n'ai aucune rancœur envers Père. Je pense qu'il a agi au mieux au nom de notre peuple et je crois en sa sagesse.

J'espère avoir répondu à vos interrogations. Si vous avez d'autres demandes, je serais heureuse de vous lire, une prochaine fois.

Cheskchamy,

Rebecca Rolfe, alias Pocahontas

************************Fin de page************************