Retour en page d'accueil de Dialogus

Salomé
écrit à

Pocahontas


Votre enfance


   

Bonjour,

Je suis très heureuse de pouvoir correspondre avec vous. Je suis de nature curieuse et je voudrais que vous parliez de votre enfance, de vos jeux, de vos activités, des personnes qui s'occupaient de vous, de vos lectures, etc.

Je vous remercie d'avance pour vos réponses.

Salomé


Wingapô Salomé,

Je suis moi-même très curieuse et je suis ravie de partager mes souvenirs d'enfance avec vous.

Je suis née en 1595 en Virginie, dans la tribu Powhatan sur laquelle mon père a régné. Peu après ma naissance, comme le veulent nos traditions, ma mère a été éloignée de moi, et j'ai été élevée par mon père et les gens de ma tribu. Je ne garde pas beaucoup de souvenirs de mon enfance; je me souviens surtout des magnifiques paysages que m'offrait la Virginie. Je me sentais très proche de la nature, et j'aimais parcourir les forêts, écouter les bruits du vent et de l'océan.

Ma vie a changé - j'avais à peu près douze ans - lorsque les colons anglais sont arrivés sur nos terres, puisque j'y ai fait la connaissance de John Smith. À partir de ce moment, je suis souvent allée jouer dans leur colonie, jusqu'à ce que les conflits entre nos peuples prennent une place trop importante pour que je puisse y retourner.

J'espère avoir répondu à vos interrogations malgré le peu de souvenirs qu'il me reste de cette époque.

Cheskchamy

Rebecca Rolfe, alias Pocahontas


Chère Pocahontas,

Je vous suis reconnaissante de vos réponses.

Je voudrais savoir ce qui s'est passé après vos douze ans, si vous vous en souvenez.

Merci pour vos réponses futures.


Wingapô Salomé,
 
C'est avec un immense plaisir que j'ai répondu à vos interrogations sur mon enfance et j'ai été ravie d'en faire le récit.

Vous me demandez ce qu'il m'est arrivé après mes douze ans, et bien, je n'ai pas de souvenirs très précis. Je me souviens surtout que les conflits étaient nombreux et que je ne pouvais plus circuler librement.

En 1609, alors que j'avais quatorze ans, John Smith fut forcé de retourner chez lui, en Angleterre, suite à une blessure causée par une explosion de poudre, et l'on nous a fait croire, à mon peuple et à moi, qu'il était mort. Je le croyais encore il n'y a pas si longtemps.

Puis l'année de mes dix-huit ans - c'était en mars, je m'en souviens -, des colons anglais m'ont capturée afin de pousser Père à libérer leurs prisonniers et leur fournir des armes. Mais il n'a pas su les satisfaire, et de ce fait, je suis restée en détention à Henricus parmi les colons. J'y ai appris les traditions et la langue anglaises, et même la religion chrétienne. J'ai été baptisée et j'ai pris le nom de Rebecca. J'y ai aussi rencontré mon mari, John Rolfe; nous nous sommes mariés en 1614 et je suis devenue Rebecca Rolfe.
 
Ai-je bien répondu à vos questions, Salomé?
 
Cheskchamy.

Rebecca Rolfe, alias Pocahontas



Wingapô Pocahontas,

Je vous remercie pour vos réponses.

J'ai encore une question: après que l'on vous a fait croire qu'il était mort, l'avez vous revu? Si oui, où et comment?

Je vous remercie d'avance pour vos réponses.

Salomé


Salomé,

Je vois que votre curiosité est intarissable, mais cela me fait grandement plaisir. Si j'ai bien compris, vous me parlez de John Smith. Eh bien, comme je vous l'ai expliqué dans ma précédente lettre, il est rentré en Angleterre en 1609. Pour ma part, je suis allée dans ce pays pour la première fois en 1616, avec mon époux. Le but de ce voyage était de promouvoir ma Virginie natale auprès des Européens, d'y attirer de nouveaux colons et des investisseurs, et surtout d'apporter la garantie que mon peuple ne représentait aucune menace pour les Anglais déjà installés là-bas.

Nous avons d'abord voyagé en bateau jusqu'au port de Plymouth. C'est d'ailleurs dans cette ville que la vérité à été rétablie: on m'apprit que John Smith était toujours vivant. Nous avons terminé notre voyage en diligence, jusqu'à Londres, la ville de résidence de John, où nous sommes arrivés en juin. Malheureusement je n'ai pas eu l'occasion de le voir à ce moment, mais je crois savoir qu'il a tout fait pour que son pays m'accueille correctement.

Puis, mon mari et moi-même avons emménagé à Brentford il y a quelques mois et je n'ai revu John que très récemment: il est venu en visite chez nous, il y a deux semaines à peu près. Cette réponse vous satisfait-elle?

A bientôt, Salomé. Vos lettres me procurent beaucoup de plaisir.

Cheskchamy.

Rebecca Rolfe, alias Pocahontas



Bonjour chère Rebecca,

Je suis heureuse que mes lettres vous fassent plaisir. Je sais, je suis très curieuse, mais je voudrais savoir comment vous vous êtes rencontrés, vous et John Rolfe, votre mari. Et j'aimerais aussi que vous me parliez de lui.

Je vous remercie beaucoup pour vos réponses.

Salomé

************************Fin de page************************