leia1138
écrit à

   


Philippe d'Orlèans

     
   

Votre personnalité

    Votre Altesse,

Permettez-moi tout d’abord de vous faire part de mon plus profond respect et de mon plus vif intérêt à l’égard de Votre personne. Vous êtes en effet l’un des personnages historiques que j’apprécie le plus et pour lequel j’ai le plus de curiosité.

À la lecture de plusieurs articles et ouvrages vous concernant, une «opposition » dans Votre personnalité m’est apparue. Je m’explique. D’un côté, vous aimez être bien habillé, vous maquiller, vous couvrir de ruban, etc. Vous êtes, en un mot, assez coquet. D’un autre côté, vous manifestez un intérêt et un goût certains pour la guerre. Au cours des batailles, vous n’hésitez pas à participer activement au combat. Tellement activement d’ailleurs, que vous vous êtes couvert de gloire au point de susciter la jalousie de Votre illustre frère Louis le quatorzième. Pourriez-vous m’expliquer comment une telle opposition peut se rencontrer en un seul homme, aussi grand soit-il?

Je vous remercie de m’avoir consacré une parcelle de votre précieux temps et me réjouis d’avance de pouvoir lire votre réponse. Veuillez excuser la manière dont je m’adresse à vous, mais je n’ai pas l’habitude de correspondre avec une personnalité de votre rang.

Avec tout mon respect,

Anne-Sophie


Chère Dame Anne-Sophie,

Votre lettre est des mieux tournées pour vous adresser à moi et l'opinion que vous avez de moi me flatte. Cette «opposition» que je suscite en vous est, il est vrai, fort difficile à expliquer, mais bien réelle.

Vous connaissez mon goût pour les extravagances, qui me vient de mon plus jeune âge. Il est toutefois vrai que je n'ai point démérité sur les champs de bataille, il y a de ça plusieurs années, comme cela doit être pour un prince de sang.

Je voulais apparaître aux yeux de mon cher frère comme un allié, mais cela ne lui a point plu et il m'a vite ramené à mes vils plaisirs. Ce temps est révolu, mais je ne m'en plains pas. Je ne saurais vraiment vous expliquer pourquoi ces deux apparences si différentes, voire contradictoires... J'aime à cultiver le mystère. Ne croyez-vous point que deux personnalités puissent vivre en vous et s'exprimer l'une après l'autre?

Veuillez recevoir tout mon respect en retour.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans.