niniss59
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

Votre généalogie

    Votre Altesse,

J'ai entrepris de faire votre généalogie et je me permets de vous demander des informations sur vos enfants. De sa première épouse Henriette-Anne d'Angleterre, je sais que votre Altesse a eu Marie-Louise née en 1662, Charles né en 1664, une fille mort-née en 1665 et Anne-Marie en 1669. Dans certains documents, on parle également d'un fils né en 1667 et décédé la même année. Je désirerais savoir si cet enfant a vraiment existé.

De la princesse Palatine, vous avez eu Alexandre-Louis en 1673, Philippe en 1674 et Élisabeth en 1676. Votre seconde épouse vous a-t-elle donné d'autres enfants?

Pouvez-vous me donner les noms de vos petits-enfants ainsi que leurs dates de naissance (et de décès s'il y a lieu).

Avec toute mon estime,

Anaïs



Très chère Anaïs, voilà une vaste requête à laquelle je m'attache dès à présent. Ma première épouse, Henriette d'Angleterre est née en 1644 et la mort l'a emportée en 1670.

Nous eûmes trois enfants:

La Princesse Marie Louise qui a vu le jour à Paris en 1662. Elle épousa le Roi Charles II d'Espagne en 1679. Elle s'est éteinte il y a déjà plusieurs années, en 1689.

Un fils, Philippe Charles, né en 1664 et qui décéda, à mon grand désespoir, deux ans plus tard.

La Princesse Anne Marie, née dans mon domaine de Saint-Cloud en 1669. Elle épousa, en 1684, le Roi Victor Amédée II de Sardaigne et règne encore aujourd'hui sur ce royaume.

Avec Ma seconde épouse, née en 1652, nous avons eu:

Tout d'abord un fils qui ouvrit les yeux et les referma presque aussitôt en l'an 1673.

Le Duc de Chartres, mon héritier, né à Saint-Cloud en 1674. Avec son épouse, Marie de Bourbon, il eut à ce jour 3 enfants: Marie Louise Élisabeth, née en 1695, puis Marie Louise Adélaïde, en 1698, et récemment Charlotte Aglaé. J'espère que d'autres enfants verront le jour dans les années qui viennent, si possible des mâles afin de poursuivre notre lignée.

La Princesse Élisabeth Charlotte, née en 1676 à Saint-Cloud qui épousa récemment le Duc de Lorraine, Léopold Joseph.

J'espère avoir répondu à vos attentes, Mademoiselle, et je vais de ce pas répondre à votre autre lettre que l'on vient de me transmettre.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans





Votre Altesse,

Je vous remercie grandement pour la rapidité avec laquelle vous m'avez répondu. Vous voilà pourvu d'une belle descendance qui je l'espère continuera dans l'avenir. Vous ne m'avez guère évoqué dans votre lettre votre seconde fille hélas morte-née le 9 juillet de l'année 1665. J'ai su que vous aviez été très affecté de la perte immédiate de cette enfant et que l'Église a refusé de la baptiser sous prétexte qu'elle était déjà morte à la naissance.

Vous me dites que votre fils Alexandre-Louis né en 1673 «ouvrit les yeux et les referma presque aussitôt», j'ai pu lire qu'il avait vécu jusqu' au 16 mars 1676. Est-il bien décédé cette année-là ou avant l'âge d'un an?

Avec tout mon respect,

Anaïs



Chère Anaïs,

Tout ce que vous me dites là est hélas vrai. Ce sont des souvenirs douloureux pour moi. Quand je dis «qu'il ouvrit les yeux et presque aussitôt les referma», c'est une image. Il a vécu trop peu de temps à mon goût.

C'était tout de même un mâle, un fils, un héritier. La mort d'un enfant est pénible à chacun, chère mademoiselle, en particulier celle d'un fils. Quoi qu'il en soit, il est vrai que j'ai la chance d'avoir une descendance nombreuse et j'espère qu'elle continuera de croître et de s'affirmer au sein de la Cour. Qui sait, la branche des Orléans sera peut-être amenée à régner sur le royaume de France.

Je suis ravi d'avoir pu vous aider.

Je vous salue.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans



Cher Philippe,

Il est vrai que la perte d'un enfant reste une chose bien cruelle et je comprends votre tristesse. D'après ce que j'ai entendu dire, votre fils Alexandre-Louis, bien qu'étant de constitution fragile, était un magnifique petit garçon qui tenait tout de son père.

Je suis heureuse de vous apprendre que depuis le XXIe siècle d'où je vous écris, il y a toujours des Bourbon-Orléans en France et que cette branche a donné naissance à la branche cadette des Bourbon-Siciles. Je peux également vous apprendre que votre arrière-arrière-arrière petit-fils sera amené à régner en 1830 sur la France sous le nom de Louis-Philippe Ier, roi des Français.

Mes amitiés.

Anaïs