Henry
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

Votre Altesse, Madame et le Comte de Guiche

    Monsieur,

Je trouve votre histoire intéressante et je voudrais en savoir plus. Je m'intéresse à tout à la cour du roi Soleil mais, de toutes les personnalités chatoyantes de cette cour, c'est vous que j'aime le plus. Il me semble que vous êtes -que vous étiez- un homme très sensible, chaleureux et aussi très intelligent. Malheureusement, les livres d'Histoire que j'ai lus vous traitaient un peu comme un gandin qui ne s'intéressait qu'aux fêtes et aux jeunes hommes.

Voici ma question: j'ai lu récemment un livre de Madame de La Fayette, «Histoire de Madame Henriette d'Angleterre, première femme de Philippe de France, duc d'Orléans» qui parle beaucoup des rapports entre Votre Altesse, votre femme Madame et le duc de Guiche. Il semble que vous étiez particulièrement chagriné à cause de l'amitié qui régnait entre le duc de Guiche et votre femme… Bien sûr, il faut qu'un prince protège son honneur! Mais répondez franchement: est-ce que ce qui vous provoquait le plus de douleur était la déloyauté du duc de Guiche ou l'infidélité de Madame? Et est-ce que vous aimiez le duc de Guiche comme un ami, tout simplement, ou est-ce que vous aviez des sentiments plus profonds pour lui? Je sais que vous étiez très proches.

Je suis désolé d’avoir été un peu indiscret, mais je vous prie de croire à l'assurance de mon profond respect.

Henry (un Anglais dévoué)

Cher Henry,

Un Anglois qui me complimente, voilà qui me flatte.

Vous me parlez du comte de Guiche et de feu ma première épouse.

Tous deux étaient en effet fort proches.

Je suis quelqu'un qui porte la loyauté comme étendard... et les deux sentiments que vous affrontez se sont, ma foi, cumulés.

J'espère, par cette très brève réponse, avoir satisfait votre curiosité.

Bien à vous,

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans.