Louis Sami Francois
écrit à

   


Philippe d'Orlèans

     
   

Quelques questions (2)

    Chère Majesté,

Désolé de vous déranger, mais j'ai des questions à vous demander.

Comment trouviez-vous votre frère avec le peuple? J'admire la mode de votre époque, et je voudrais vous demander: étiez-vous dérangé par votre perruque, était-elle confortable? et pour quelle raison votre frère a-t-il fait la famine en France? (Pardonnez l'obscurité de mes mots, surtout s'il ne s'en rendait pas compte...)

Je vous demande de me raconter la mode des hommes à votre époque, si cela ne vous dérange pas.

Cordialement,

Louis Sami Francois de France


Cher Louis Sami François,

Vous ne me dérangez aucunement avec vos questions.

Vous me parlez de notre façon de nous vêtir. L'homme porte la rhingrave avec moultes dentelles et rubans. La mode en vient à des culottes beaucoup plus simples. Ensuite, vient la chemise et le pourpoint ou veste, puis le gilet. Le costume est riche et parfois coloré. Les chausses sont à talons et décorées. La perruque est parfois inconfortable et tient trop chaud, mais nous nous en accommodons. Nous portons aussi des chapeaux.

Sa majesté mon frère aime son peuple et son peuple l'aime en retour. Il est vrai que les temps ont été difficiles avec l'état de guerre et les hivers très rigoureux que nous supportons.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans

Cher Majesté,

Je trouve votre façon de vous vêtir bien plus élégante que la nôtre. Ici, en notre siècle, les gens portent des pantalons trop serrés appelés «jeans» et prononcés «djins». Les modes ici sont vraiment laides et grossières. Certaines en viennent jusqu'à faire découvrir une partie du derrière. Mais nous ici, nous ne nous ridiculisons guère et nous portons des geans couverts. Les filles aiment découvrir leur ventre. Quand à votre frère le roi, permettez-moi de douter que son peuple l'aime, car dans toutes nos écoles, les professeurs d'histoire nous apprennent bien des choses, même que l'un d'eux est allé jusqu'à dire que votre frère était un personnage méchant, cruel et que son peuple le déteste. Je n'ai pas cru toutes ses paroles et j'ai voulu en savoir plus.

Je tenais à vous remercier de la description de votre mode, mais pourriez-vous me décrire l'art de la peinture chez vous? Quels artistes préférez-vous? Lesquels vous représentent en peinture? Et dites-moi de quelle couleur sont vos cheveux? Et ceux du roi? Portez-vous des boucles d'oreilles? Et votre frère le roi?

Si mes questions vous encombrent, n'hésitez pas à les ignorer.


Louis Sami Francois de France


Cher Monsieur le frère du Roy,

J'attends toujours votre réponse avec impatience depuis plus de dix-huit jours.

Cordialement,

Le Duc Louis Samiel Francois de France


Monsieur le Duc,

Cela fait longtemps que nous nous sommes écrits! J'espère aujourd'hui ne pas vous ennuyer avec mes questions. J'aimerais que vous m'informiez sur les titres de noblesse. Si une personne veut être anoblie, je sais qu'elle doit rendre des services au roi, lesquels? Y a-t-il un titre de noblesse supérieur au titre de duc ou archiduc? J'aimerais vous demander si un comté est une partie d'un duché? Si oui, le duc est une sorte de roi par rapport aux comtes? Et les marquisats? J'aimerais vous demander aussi quel était votre titre de noblesse à votre naissance? Et votre frère le roi?

J'attends vos réponses avec impatience.

Amicalement, L.Sami, anobli et devenu duc de Bourgogne


Cher Louis Sami,

Vous voilà avide de savoirs quant aux titres de noblesse. Je puis tenter de vous éclairer à ce sujet.

Pour commencer, il faut distinguer la noblesse d'épée, qui est fort ancienne, détenue par des familles dont les membres ont toujours exercé de nobles fonctions, guerrières notamment; la transmission des titres est héréditaire. Il y a aussi la noblesse dite de robe, plus récente, qui rassemble tous les nobles qui occupent des fonctions de gouvernement, principalement dans la justice et les finances. Ils occupent une place grandissante dans la société. Ainsi, vous pouvez acquérir des lettres de noblesse de la main de sa Majesté.

En ce qui concerne les titres, voici comment ceux ci s'ordonnent après la personne du Roi: le dauphin, moi-même, le premier prince du sang et les princes du sang.

Viennent ensuite: les ducs, les marquis, les vicomtes, les barons, les bannerets et les chevaliers.

En ce qui me concerne, je suis né «Petit Monsieur» et Duc d'Anjou. Ce n'est qu'à la mort de Monsieur, mon oncle Gaston d'Orléans, que je reçus le titre de Duc d'Orléans.

Louis est né Dauphin, futur Roi de France et reçut, comme le veut la coutume, le Dauphiné.

J'espère avoir répondu sur ce sujet si vaste aussi clairement que possible.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans