niniss59
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

Mesdames vos filles

    Monsieur,

J'aimerais que vous me parliez des relations que vous avez avec vos filles Anne-Marie et Élisabeth.

Pourriez-vous également me parler de votre fille aînée Marie-Louise, reine d'Espagne décédée en 1689. Est-il exact qu'elle fut empoisonnée?

Comment vous entendez-vous avec Françoise-Marie, épouse de votre fils le duc de Chartres?

Comment vivez-vous le fait que votre chère petite-fille Adélaïde de Savoie soit la coqueluche de la cour de France et la future reine du royaume? Voyez-vous souvent cette enfant qui fait la joie de Versailles?

Avec tout mon respect,

Anaïs



Mademoiselle,

Mes enfants sont mes enfants, mon sang coule dans leurs veines et, pour cette raison, vous comprendrez que je tiens à eux. Même si mon épouse, la Princesse Palatine, soutient que je «ne songe pas à eux, mais avant tout à mes Plaisirs».

C'est Sa Majesté Mon Frère qui veilla à leur donner une éducation digne de ce nom et qui les maria selon son bon plaisir.

Mes filles ayant été mariées jeunes et ayant suivi leur époux, je n'entretenais pas de relations particulières avec elles.

Quant à ma fille aînée, la Princesse Marie Louise, elle apporta renom à ma maison en prenant en noces le Roi Charles II d'Espagne, bien qu'elle eût préféré le Dauphin. «Je ne pourrois faire mieux pour ma fille, lui dit mon Frère. Ah! répondit-elle, vous pourriez faire quelque chose de plus pour votre nièce.» En effet, elle mourut en l'an 1689. Je ne sais si oui ou non elle a été empoisonnée. Quoi qu'il en soit, Monsieur de Saint-Simon soutient que oui.

L'épouse de mon fils, le Duc de Chartres est une personne malsaine, Mademoiselle. Mon Frère maria sa fille naturelle (avec Madame de Montespan, jadis sa favorite) à mon fils, bien que je voulus m'y opposer, au grand scandale de la Cour. Elle prend toujours le parti de son frère contre celui de son époux. Mon épouse et moi-même la surnommons à juste titre «Madame Lucifer».

Ma Petite-fille Marie Adélaïde de Savoie, née en 1685, a épousé le Grand Dauphin en 1697. J'en suis ravi. J'espère que sa soeur Marie Louise Gabrielle de Savoie, de 3 ans sa cadette fera un aussi bon mariage. Elle est d'une fraîcheur qui fait vivre cette Cour vieillissante et sourire mon Frère dans les périodes sombres! Je la porte dans mon coeur, mais elle se voit plus proche de Madame de Maintenon que de moi-même. Les grands courtisans à Versailles se doivent de tout faire pour lui plaire. L'un des plus habiles est sans nul doute le duc d'Antin.

J'espère avoir satisfait votre curiosité chère Anaïs et vous salue.

Monsieur, Philippe d'Orléans