Duchesse de Beaurgard
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

Madame Palatine

    Monsieur,

Je voudrais en savoir plus sur votre vie et j'aimerais savoir si vous avez aimé madame Palatine, Louis XIV, Lorraine et votre première femme dont le nom ne me revient pas.

Merci, Monsieur.

Duchesse de Beauregard

Chère duchesse,

Voilà un joli nom que vous portez.

Si je veux résumer votre demande, il est question de savoir si oui ou non j'ai aimé mes proches. Je vous répondrai oui, en tout simplicité.

J'ai eu de l'affection pour feue Madame, ma première épouse, qui se prénommait Henriette, même si elle me causa de nombreux tracas. J'ai beaucoup de respect pour mon épouse actuelle. Je porte Louis dans mon cœur, tel un frère fidèle, depuis notre tendre enfance. Quant au chevalier de Lorraine, les sentiments que j'ai exprimés à son égard ne sont plus secrets, je pense.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans.

Monsieur,

C'est vrai que la question que je vous ai posée n'était pas très fine. Jai beaucoup aimé votre réponse!

Gros bisous,

Duchesse de Beauregard

Chère duchesse,
 
Le plaisir était pour moi.
 
En attendant de vous relire,
 
Monsieur, Philippe Duc d'Orléans

J'aimerais en connaître un peu plus sur votre vie. N'ayez pas peur de m'ennuyer, votre vie me passionne!

Duchesse de Beauregard

Chère duchesse,
 
Demandez ce qui vous plaira et j'essaierai autant que possible de répondre à vos questions concernant ma vie.

J'aime être au centre de l'intérêt, comme vous vous en doutez sûrement -bien qu'avec l'âge mon tempérament s'assagisse!
 
Monsieur, Philippe duc d'Orléans

Votre frère ne vous a-t-il jamais fait de l'ombre?

Duchesse de Beauregard

Duchesse,
 
En tant que Roi-Soleil, vous chauffez de vos rayons tous ceux qui vous approchent... mais tout soleil qu'il est, on peut dire qu'il faisait de l'ombre à tous! Sa fonction, sa prestance, son acharnement à la tâche... Il m'a, à plusieurs reprises, empêché de me dévoiler sous d'autres jours, militaires notamment. Je ne l'en blâme aucunement.
 
Bien à vous,
 
Monsieur, Philippe duc d'Orléans

Puis-je avoir quelques détails sur vos parents?

Duchesse de Beauregard

Chère duchesse,

Veuillez pardonner la longue attente de cette réponse.
 
Concernant feu mon père Louis XIII, je ne puis vous en dire que très peu car je n'ai point vécu assez de temps en sa présence. Les moments passés en sa royale compagnie étaient rares. Il ne nous prêtait point une grande attention. On me narra que mon pépiage incessant l'incommodait.

J'ai une fois raconté un souvenir qui me reste à l'un de vos contemporains. Un jour, Sa Majesté mon père nous offrit des présents de sa main. Il me donna des chiens en verre et d'autres petits animaux fabriqués à Nevers, et à Louis un cabinet d'Allemagne muni d'un cadenas à lettres pour le fermer. Louis tint à lui faire choisir lui-même le mot de quatre lettres, aisé à retenir, «SIRE», ce qui fit grand plaisir à Sa Majesté.

Que les souvenirs se font lointains! Je me souviens d'un homme en chemise, étendu sur une chaise longue, la barbe hirsute et mal tenue... J'avais trois ans lorsque Dieu l'a rappelé à lui.

Quant à feue ma mère, Anne d'Autriche, je l'aimais fortement et elle nous aima en retour. Son autorité était ferme, mais je reste à jamais son «petit mignon». J'aime à penser que c'était une forte femme qui se sacrifia pour ses fils qu'elle avait tant désirés.
 
J'espère avoir répondu à vos attentes.
 
Bien à vous,

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans