Alexandra
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

Madame Lucifer

    Votre Altesse,

Sachez tout d'abord que c'est pour moi une joie de vous écrire! J'aimerais que vous répondiez, s'il vous plaît, à une question.

Est-il vrai qu'à l'annonce du mariage de votre fils avec mademoiselle de Blois, votre épouse aurait tenu ces propos à l'égard de votre actuelle bru: «avez-vous donc la berlue, tous autant que vous êtes? L'avez-vous regardé, le cadeau que Sa Majesté nous fait? Son orgueil et sa mauvaise humeur sont insupportables, et sa figure pelée, parfaitement désagréable, ressemble comme deux gouttes d'eau à un derrière. Avec cela elle est toute de guingois, une prononciation affreuse comme si elle avait la bouche pleine de bouillie, et une tête qui branle toujours. Ah! L'aimable duchesse de Chartres!»

Si cela est, je peux reconnaître cet esprit franc qui ne peut qu'appartenir à votre épouse et qui d'ailleurs me plaît beaucoup. Mais est-ce que la duchesse de Chartres est aussi laide que ces propos la décrivent?

En attendant avec impatience et en vous remerciant d'avance,

Alexandra

Chère Alexandra,
 
Je suis admiratif devant l'exacte justesse des propos tenus par Mon épouse à l'égard de mademoiselle de Blois. Je ne puis l'en blâmer puisqu'il est vrai que ce fut un déshonneur pour nous de voir notre fils lié à une demoiselle née hors le lit royal.
 
Sans être extrêmement laide, il est vrai que Mademoiselle de Blois ne cumulait pas tous les charmes qu'on souhaiterait. Mais le Roi en a décidé ainsi.
 
Monsieur, Philippe Duc d'Orléans