Alexandre
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

L'étonnante destinée de votre descendance

   

Bonjour Altesse Royale,

Comment vous portez-vous aujourd'hui? Bien, je l'espère.

Je voulais vous parler de la dynastie que vous avez fondée, celle des Orléans. Votre fils Philippe deviendra régent du royaume de France durant la minorité de l'enfant-roi Louis XV, arrière-petit-fils de votre frère. Cette fonction ne lui sera pourtant pas octroyée par Louis XIV, mais bien par lui-même.

Je m'explique: Sa Majesté avait désigné son fils illégitime, le duc du Maine comme régent durant la minorité de Louis XV; Philippe II d'Orléans, fou de rage, fera casser cette décision devant le Parlement et obtiendra gain de cause. Il sera sans doute un grand régent, bien meilleur que celui qu'aurait fait le duc du Maine. Hélas! toute médaille a son revers et votre descendant, très capable pourtant, brûlera la vie par les deux bouts et mourra à l'âge de quarante-neuf ans, usé par ses nombreux excès. Sa régence pourtant fera date et sera peut-être plus brillante que l'ensemble du règne de Louis XV.

Les deux ducs d'Orléans suivants -le père et le fils- ne feront pas beaucoup parler d'eux. Le fils un peu plus, cependant, car il était amoureux de l'une des filles de Louis XV, Madame Henriette; mais le monarque, n'ayant qu'un fils, avait bien trop peur qu'un Orléans puisse accéder au trône et il refusa ce beau mariage qui aurait uni les deux branches issues de Louis XIII. Chose qui navra au plus haut point le principal intéressé qui dut donc se rabattre sur une lointaine cousine, Louise-Henriette de Bourbon-Conti qu'il n'aima point, mais qui pourtant lui donna trois enfants dont Louis-Philippe-Joseph d'Orléans et Louise-Marie-Thérèse-Bathilde d'Orléans.

Louis-Philippe-Joseph d'Orléans deviendra tristement célèbre, humilié par son roi après la défaite d'Ouessan (bataille navale) face aux Anglais. Il sera l'objet de moqueries de la part de la cour de France. À la fois blessé dans son honneur et terriblement ambitieux, il profitera du bouleversement que connaîtra le royaume, une énorme révolte populaire appelée Révolution française, qu'il avait ourdie avec d'autres aristocrates déçus par le roi, pour ambitionner le trône. Il fera partie des nombreux parlementaires qui voteront la mort du roi Louis XVI; ce dernier descendant de votre frère périra sur l'échafaud. Votre descendant, pour devenir parlementaire, ira jusqu'à renier ses origines et prétendre qu'il était le fils d'un cocher. Il prendra le nom de Philippe-Égalité. Louis-Philippe-Joseph n'était en rien le fils d'un cocher, tous les témoins de l'époque s'accordent à dire qu'il ressemblait fort à son prédécesseur et père!

Philippe-Égalité ne deviendra jamais roi. Quelques mois après la mort de son lointain cousin Louis XVI, il sera lui-même exécuté, peu après que son fils et héritier a choisi d'émigrer!

Cet héritier, lui, deviendra roi des Français, sous le nom de Louis-Philippe Ier. Il parviendra au trône à la faveur d'une révolution qui renversa Charles X, dernier frère de Louis XVI, et sera chassé du trône par une autre révolution, après dix-huit années de règne. Cependant, rassurez-vous, ni Charles X ni Louis-Philippe ne connaîtront le sort de Louis XVI: ils seront exilés.

Une vingtaine d'années après cette dernière révolution, l'un des petit-fils de Charles X, Henri de Chambord, faillit accéder au trône sous le nom d'Henri V mais il refusa d'arborer le drapeau tricolore. Ce drapeau dont le bleu et le rouge sont les couleurs de la ville de Paris et le blanc, celle de la monarchie française, deviendra le drapeau officiel de la France à partir de la Révolution qui renversa Louis XVI et le sera jusqu'à nos jours, excepté durant les quinze ans de règne des frères de Louis XVI. Henri de Chambord voulait obstinément arborer le drapeau de la monarchie, chose inacceptable pour le peuple français. Finalement, il refusa de ceindre la couronne et retourna volontairement en exil. Comme ce prince a disparu sans héritier, vos descendants seront les héritiers légitimes du trône de France.

Face à eux se dresseront des prétendants espagnols, descendants de Philippe V, ancien Duc d'Anjou et petit-fils de votre frère Louis XIV. Ces prétendants n'ont aucun droit puisque Louis XIV, pour que son petit-fils conserve la couronne d'Espagne, a dû officiellement renoncer à ce que la branche espagnole puisse prétendre au trône de France.

Voilà, vous en savez un peu plus sur la destinée de vos descendants et de ceux de votre frère.

Portez-vous bien. À très bientôt.

Alexandre


Cher Alexandre,
 
Ma foi, je me porte bien même si la fatigue me gagne. Je vous remercie de vous en inquiéter et vous sais gré de vos nouvelles, même si je suis un homme qui vit le moment présent. L'avenir....
 
Monsieur, Philippe Duc d'Orléans.