Nicole
écrit à

   


Philippe d'Orlèans

     
   

Les Orléans

    Monsieur,

Il y a une petite chose qui me gêne: vous disiez «on ne peut être Bourbon et Orléans à la fois». Je suis entièrement d'accord, mais n'êtes-vous pas gêné par les agissements de votre oncle Gaston d'Orléans, par sa fille la Grande Mademoiselle qui, entre nous, a tout de même fait tirer sur l'armée du Roi du haut de la bastille! Et par la suite, les Orléans ont toujours essayé de prendre le pouvoir.

Vous êtes de votre lignée le seul qui n'ait pas essayé de comploter contre le Roi, suis-je dans le vrai? Merci, Monsieur, de vos réponses.

Je vous fais la révérence,

Nicole



Madame,

L'épisode de la Fronde fut funeste et laissa dans nos esprits des souvenirs amers. Nous ne pourrons jamais ôter des esprits les convoitises et les jalousies.

Comme vous le dites si bien, je n'ai jamais envié Sa Majesté mon frère qui fut placé sur le trône de France par la volonté de Notre Seigneur. Je lui suis et lui resterai fidèle.

Monsieur, Philippe, duc d'Orléans