Anaïs
écrit à

   


Philippe d'Orlèans

     
   

Les femmes

   

Cher Philippe,

Tout le monde connaît l'attirance que vous manifestez envers les personnes de sexe masculin. Loin de moi l'idée de vous le reprocher, je le respecte entièrement. J'aimerais cependant savoir pourquoi vous n'êtes point attiré par les jolies femmes? Avez-vous déjà eu des sentiments amoureux pour l'une de ces dames? J'ai ouï dire que vous n'aviez aimé la princesse Henriette d'Angleterre que quinze jours.

Vous avez accordé votre amitié à la marquise de Montespan, mais n'avez-vous jamais été plus proche d'une femme qui aurait pu être votre confidente et votre amie? Quels liens aviez-vous avec Isabelle de Grancey?

Je désirerais également savoir s'il existait des portraits de vos fils Charles-Philippe et Alexandre-Louis et qui les a peints?

Avec tout mon respect,

Anaïs


Chère Anais

Veuillez excuser ce retard qui n'est point une habitude, mais je suis fort occupé en ce moment.

Il est bien réducteur de penser que je n'aime point les femmes, j'ai pour elles une profonde sympathie. J'ai en effet aimé ma première épouse, je l'ai trouvée fort belle et vive d'esprit, loin de mes vieux souvenirs.
Maintenant, ma préférence va comme vous le savez aux jeunes hommes.

Il est vrai que je connais Isabelle de Grancey à laquelle vous faites allusion, mais rien de plus. Philippe Charles était trop jeune pour qu'on fasse de lui un portrait. C'est également le cas pour Alexandre-Louis âgé de 3 ans lorsqu'il nous quitta.

Bien à vous,

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans.