Phage13
écrit à

   


Philippe d'Orléans

     
   

&Eirc;tre roi?

    Bonjour Votre Altesse!

Tout d'abord, je voudrais vous dire que je suis bien contente que vous soyez arrivé sur Dialogus, car j'ai toujours eu beaucoup d'affection pour vous! Pas facile d'être le frère de quelqu'un comme notre grand roi Louis... Mais pourtant, je suis persuadée que vous aussi auriez fait un grand monarque!

Ce qui m'amène à vous demander: auriez-vous voulu être roi? Je sais bien que ce n'est pas quelque chose qu'on choisit, mais dans l'absolu, si vous étiez né le premier ou si votre frère venait à mourir sans descendance, aimeriez-vous exercer ce rôle? Et si oui, quelles sont les choses que vous voudriez modifier, améliorer? Y a-t-il des aspects du règne de votre frère qui vous déplaisent?

Et enfin une dernière question qui vous paraîtra peut-être saugrenue: le bruit court chez nous que votre aîné aurait un frère jumeau, qu'on aurait éloigné de lui à sa naissance... Avez-vous jamais ouï parler d'une telle affaire?

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire ma missive, et vous prie de croire, Votre Altesse, à mes sentiments les plus respectueux.

Phage l'Intouchable



Chère Phage l'intouchable. Seriez-vous poétesse pour signer d'un tel sobriquet?

Vous me voyez ravi d'une telle affection à mon égard. Je me réjouis de recevoir tant de bons sentiments, ce n'est guère dans mon quotidien.

Il est vrai qu'être le cadet de Sa Majesté est une place on ne peut plus difficile mais qui offre moult privilèges. Comme je l'ai souvent répété, son charisme embaume dans chaque pièce où il se trouve et même dans celle où il ne se trouve point! Néanmoins, c'est une insigne flatterie que de me considérer apte à régner sur le Royaume de France.

&Eirc;tre Roi? Voilà une question qui m'a déjà été posée. Je ne saurai dire oui. Sa Majesté Louis le quatorzième est le seul et unique Roi absolu et choisi par Dieu. Bien entendu, en cas de décès de Louis ou d'absence de descendant, le trône me revient de droit. Si telle chose arrive, j'assumerai mon rôle, chère Phage.

Depuis mon enfance, je me suis et l'on m'a conforté dans ma place de courtisan et de Monsieur. J'ai ainsi pu jouir de plaisirs, fêtes, jeux et autres mascarades, dont je raffole. Je suis davantage un homme de «plaisirs» et être Roi, ce qui requiert une attention de tout instant, est une bien lourde tâche!

Mon Frère règne comme bon lui semble. Loin de moi l'envie de critiquer ses actes. Même si je ne suis pas toujours d'accord avec sa politique. À mon goût, par exemple, ses interminables guerres sont toutes en excès. Et je dis cela bien que conscient que le Royaume doit s'étendre et dominer le monde et ayant des aptitudes militaires reconnues (mais méprisées!).

J'espère vous avoir satisfaite.

Ah oui, j'oubliais! Un frère jumeau dites-vous? Où avez-vous donc été cherché une idée si saugrenue. Votre imagination vous joue des tours, chère Demoiselle! Non, je puis vous assurer qu'il n'en est rien, ma parole de gentilhomme.

Je vous donne toute mon amitié.

Monsieur, Philippe Duc d'Orléans