Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Julie
écrit à

Jackie Onassis


Monaco


   

Très chère Jacqueline,

Je m'attaque à un côté peu connu de votre vie. Je me demandais quel lien vous entretenez avec Grace de Monaco et surtout si vous connaissez et aimez son pays.

Allez en paix chère amie!


Chère Julie,

J'ai connu Grace Kelly lors d'un dîner en Octobre 1954. Je lui avais demandé son aide pour distraire John, hospitalisé à la clinique de Manhattan à la suite de sa lourde opération du dos. Je souhaitais faire une surprise à Jack. Il ne cessait de se plaindre du fait que le personnel soignant féminin étaient plus vieux et laid que lui! J'ai persuadé Grace de se déguiser en infirmière de nuit à l'aide de ma sœur Lee. Jack était tellement abruti par les médicaments qu'il ne l'a pas reconnue. Je crois qu'elle en a été froissée!

Plus tard, j'ai appris que Grace et Jack avaient eu une liaison et que le vieux Joe aurait vu Grace comme une belle-fille idéale. Cela m'a mortifiée. Lorsque nous avons dû accueillir Grace et Rainier en mai 1961, j'ai modifié le menu et le cours de la soirée. Nous devions avoir un dîner dansant de quatre heures et j'ai préféré un repas simple de vingt-cinq minutes. Je ne souhaitais pas un dîner officiel en leur présence. Je ne supportais pas de la voir battre des cils devant mon mari! J'ai  refusé de la recevoir lors des funérailles de Jack et lui ai battu froid lors de la Feria de Séville en 1966.  J'ai profondément conscience de ma mesquinerie à son égard; en vérité elle ne m'a jamais rien fait de préjudiciable, mais je n'ai jamais supporté d'être face aux anciennes maîtresses de mon époux et j'étais profondément jalouse qu'elle ait eu des chances d'être la femme de Jack.

Bien à vous,

J.

************************Fin de
        page************************