Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Dora
écrit à

Jackie Onassis


Marylin Monroe vous a-t-elle menacée verbalement devant votre  fille?


    Chère Jackie Kennedy Onassis,

Marilyn Monroe vous a-t-elle menacée verbalement en présence votre fille? Comment avez-vous réagi devant cette hystérique qui était amoureuse de votre époux? Il paraîtrait qu'elle était de nature capricieuse, et que quand elle voulait obtenir quelque chose, elle essayait coûte que coûte d'y parvenir, même si pour cela elle devait briser un ménage. Cette femme était-elle une dangereuse rivale envahissante? Voulait-elle prendre votre place de first Lady?

En tout cas, j'admire votre sang froid devant toutes ces starlettes d'Hollywood.

Sincèrement,

Dora

Dora,

Je vous avouerai que je n’ai pas spécialement envie de parler de Marilyn et par extension de Jack. Mais, comme on ne me laissera jamais en paix sur ces questions, je me dois de vous répondre.

Marilyn n’était qu’une maîtresse de John et la seule spécificité qu’elle avait était d’être célèbre. Marilyn ne m’a jamais menacée, au contraire: elle aimait beaucoup les enfants et n’aurait jamais pris un enfant en porte-à-faux devant ses parents. Encore plus Caroline. John ne l’aurait pas toléré et moi non plus! Vous savez, je ne suis «exquise» que jusqu’à un certain niveau et plus jeune j’étais très intransigeante.

Avec moi Marilyn était tombée sur un os. Le temps adoucit les choses, mais je pense que cette liaison avec elle m’a vraiment mise à rude épreuve. À sa mort, j’ai eu vraiment besoin de changer d’air: je suis partie en Italie avec Lee et Stas. C’était plus que je ne pouvais en supporter.

Je n’avais pas spécialement de sang-froid, j’ai fait mon devoir et ce devoir était de protéger mes enfants. Je veux dire par là que la vie sexuelle de leur père n’avait pas à interférer avec l’amour qu'il leur portait. Ils étaient petits, mais je pense qu’ils ressentaient les tensions que nous pouvions avoir.

Je vais faire une comparaison hasardeuse: Marilyn était comme un cheval incontrôlable, le rôle du cavalier était de la faire plier. Je suis une bonne cavalière.

Bien à vous,

J

 

************************Fin de
        page************************