Retour en page d'accueil de
          Dialogus

Alexandre
écrit à

Jackie Onassis


Les Français


   

Bonjour,

Je vous envoie cette lettre pour vous poser une question, il est vrai, et je m'en excuse, polémique.

Des documents enregistrés circulent actuellement mettant en évidence le fait que vous n'aimiez pas les Français, que vous trouveriez -j'use du conditionnel- méchants, arrogants et égoïstes. Il paraît que vous n'aimiez pas non plus Charles de Gaulle. Pourquoi ce mépris envers le peuple français, alors que vous avez fait vos études en France et que vous avez un attachement pour la mode française? N'est-ce pas contradictoire en soi?

Pardonnez-moi si tout cela résulte d'un malentendu malheureux.

Bonne journée,

Alexandre


Alexandre,

Je voudrais savoir quelque chose: comment cela se fait-il que vous soyez au courant de ces documents enregistrés? Je ne comprends absolument pas. J’ai très vite cerné de quoi vous vouliez parler. Il s’agit des conversations enregistrées avec Arthur Schlesinger en 1964 si je ne m’abuse? Ces documents ne devaient être divulgués que cinquante ans après ma mort; or nous ne sommes qu’en 1993 et, jusqu’à preuve du contraire, je suis bien vivante! Je ne comprends absolument pas. Personne n’est au courant de cela à part les personnes concernées et bien évidemment quelques proches. Je peux vous garantir que cela me rend furieuse. Et d’autant plus que d’après vos dires mes propos ont été sortis de leur contexte! Pour ne pas changer!

J’ai eu, il est vrai, beaucoup d’admiration pour M. De Gaulle durant ma jeunesse, j’ai lu avec un intérêt certain ses Mémoires et j’ai beaucoup apprécié son écriture. Mon côté francophile était très sensible à la grandeur de cet homme. Je suppose que tout cela étaient des idées, comment dirais-je?... un peu romantiques, au sens vrai du terme, sur les idéaux, la noblesse et le courage.

De Gaulle m’a déçue pour différentes choses; je n’ai pas apprécié qu’il qualifie Jack de «garçon-coiffeur», par exemple, et j’aimais Jack plus que tout au monde! Je n’ai pas non plus apprécié que De Gaulle éloigne la France de l’OTAN; tout cela pour prouver la grandeur de la France, c’est ridicule! Oh, je sais bien ce que l’on dit sur l’Amérique, que c’est bien pareil sur ce point. Je suis d’accord, mais qu’il fasse cela à Jack, mon mari... Vous comprenez, n’est-ce pas!Je pense que c’est mon orgueil d’épouse qui a réagi à cela.

Pour ce qui est des Français, tout le monde sait -et eux aussi- qu’ils sont geignards, jamais satisfaits, et qu’ils se pensent supérieurs aux autres, sans doute à cause de la Révolution! Ce sont des généralités, comme vous en dites sur nous Américains. J’ai fait mes études en France et j’ai rencontré des gens fantastiques. Ce que je sous-entends par là, c’est que je suis très caustique et que ces piques prennent des proportions par moments que je ne maîtrise pas; c’est de l’ironie et tout le monde ne la comprend pas. Je ne parle pas de vous, cher Alexandre.

Mais, j’avais trente-quatre ans et j’avais perdu mon mari, j’étais très amère et j’en voulais au monde entier! Peut-être aurai-je dû attendre avant de faire ces Conversations; j’aurai pu prendre plus de recul et cela aurait épargné ces coquilles. Vous savez, tout le monde est contradictoire dans le fond et on regrette ce que l’on pensait bon la veille ou vice-versa. Je ne méprise pas la France, je suis fortement attachée à ce pays! Ce sont mes origines irlandaises qui veulent cet attachement à la terre!

Je plaisante, mais j’espère avoir été le plus sincère possible.

Bien à vous,

J

************************Fin de
        page************************