Retour en page d'accueil de Dialogus

Gérar Lison
écrit à

Maréchal Joachim Murat


Grouchy et Bernadotte


    Maréchal Murat,

Je vous écris car j'ai été très surpris par vos propos concernant les généraux Grouchy et Bernadotte, que vous semblez présenter comme des traîtres.

En ce qui concerne Grouchy, tous les spécialistes de l'histoire militaire s'accordent à dire qu'il ne fut que le bouc émissaire désigné par Napoléon pour justifier sa défaite à Waterloo. En réalité, Grouchy reçut pour ordre de l'Empereur de tenir certaines positions destinées à contenir l'ennemi et les a tenues. Il n'a fait qu'obéir aux ordres donnés et bien sûr, pendant ce temps, Napoléon se faisait déborder et écraser par Blücher. Mais, en tant que soldat, vous savez très bien ce qu'est le devoir d'obéissance aux ordres.

Du reste, Napoléon affronta à Waterloo les troupes de Wellington armées de canons à shrapnels et organisées dans une formation en carré, capables d'une puissance de feu supérieure à celle des Français et épaulées par les troupes de Blücher donc en supériorité numérique, de sorte que les troupes françaises, qui n'avaient pour tout atout que le prestige d'un Napoléon malade, usé et fatigué par des années d'affrontement, n'avaient aucune chance. Depuis Trafalgar, le génie stratégique anglais n'est tout de même plus à démontrer. S'il faut accorder à Napoléon le crédit de ses victoires, je pense qu'il faut aussi lui accorder le passif de ses défaites.

Pour ce qui est de Bernadotte, il est difficile de le qualifier de traître dans la mesure où il a accepté la couronne de Suède, imitant en cela un certain petit parvenu Corse de notre connaissance qui s'est proclamé empereur des Français, et de sa famille qui s'est partagé les trônes d'Europe. Si accepter de devenir roi est trahir Napoléon, que dire de sa famille et que dire de lui-même?

Napoléon en devenant «empereur des Français» a foulé aux pieds les principes révolutionnaires d'Égalité, de Liberté et de Fraternité en rétablissant la monarchie (impériale) et certains privilèges. Je ne condamne pas Napoléon pour son opportunisme car à sa place n'importe qui d'intelligent en aurait fait de même, la révolution bourgeoise de 1789 ne méritant rien d'autre. Mais avant de parler de trahison, je pense qu'il faut tenir compte des circonstances, de la nature humaine et des événements tumultueux de votre époque.

Respectueusement,

Gérard

Gérard,

Je me permets cette familiarité car je ne vois pas pourquoi saluer un quidam, qui n'a aucune politesse du nom de Monsieur, n'oubliez pas que je suis Roi, et je le resterais jusqu'à ma fin prochaine...

Je connais sans nul doute mieux les états d'âme de Grouchy, et de Bernadotte, que j'ai longtemps côtoyés, lors des campagnes de la Grande Armée, que n'importe quels spécialistes de l'histoire militaire...

Et si Bernadotte était brave et valeureux, Grouchy était veule et lâche...

Je n'ai point participé à la bataille de Waterloo, comme vous le savez, mais je sais de source sûre que Grouchy a purement et simplement refusé de combattre...

Le génie stratégique anglais, vous me faites bien ricaner vous!

Je reconnais qu'ils ont remporté une immense victoire à Trafalgar, mais ils étaient alors commandés par Nelson, sans doute le meilleur Amiral de tous les temps, nos escadres étaient commandées par... Villeneuve, un fantoche qui pissait de peur à l'idée de combattre...

Les Britanniques sont des marins avant tout, leur armée de terre ne valait en rien la Grande Armée.

Un véritable Maréchal de France doit savoir prendre des initiatives, et non pas obéir bêtement aux ordres, à l'instar de ce que nous avions fait Lannes et moi en 1805, en prenant les ponts de Vienne, sans verser une seule goutte de sang...

À Waterloo manquait Davout, sans doute le meilleur d'entre nous, fort détestable par le caractère, mais absolument génial par ses capacités...

Le duc d'Auerstedt a été nommé Ministre de la Guerre lors des Cents-Jours; sans son habileté, Napoléon n'aurait probablement pas eu d'armée digne de ce nom, lors des batailles de Ligny et de Waterloo...

Manquaient également Lannes, Berthier, et Duroc, tous trois malheureusement décédés...

Le véritable vainqueur de Waterloo était Blücher et non pas Wellington...

Napoléon était malade, usé prématurément par tant de campagnes, cela est véridique, il m'a fait grand' peine, lorsque je l'ai vu au début de cette année, mais son génie, et sa volonté, étaient restés intacts...

Ce n'est point pour avoir accepté la couronne suédoise, que j'ai qualifié Bernadotte de traître, mais pour ce qu'il avait fait précédemment pour nuire à l'Aigle...

La devise «liberté, égalité, fraternité» n'a jamais été appliquée, ni pendant la Révolution, ni après...

Marat seul était pur, et respectueux du peuple; Danton, Robespierre, et leurs «amis» étaient loin d'avoir son envergure, et sa volonté d'aider les pauvres gens...

Robespierre aspirait au pouvoir suprême, et il l'eut effectivement durant un an...

Contrairement à Bonaparte, Maximilien n'avait pas l'ambition de porter le peuple français jusqu'à la gloire.

À bientôt.

Joachim-Napoléon Ier

Holà Maréchal,

Un peu de calme!

Être Roi, c'est n'être rien d'autre qu'un homme et un homme qui doit manger, déféquer et mourir comme n'importe quel autre homme!

Vous avez vu comment Louis Capet a fini, tout Roi qu'il était: en deux morceaux...

Pour ce qui est de Waterloo:

Wellington était beaucoup plus intelligent que Blücher, c'est Wellington ou plutôt ses troupes qui ont encaissé et contenu le gros de l'attaque des troupes françaises lancées par Ney et ensuite Blücher qui s'est amené pour porter le coup de grâce sur la garde impériale restante déjà décimée. Je ne dis nullement que Blücher était un opportuniste ou autre chose de ce genre mais les faits sont quand même là, d'abord les Anglais puis les Prussiens.

Quelle peut être votre source sûre de la «lâcheté» de Grouchy, je ne la connais pas, aussi je ne peux la juger mais, encore une fois je me répète, Grouchy est-il responsable de la défaite de Waterloo ou un bouc émissaire trouvé par Napoléon pour se justifier après coup?

Je reste persuadé qu'il s'agit de la seconde solution mais, comme je vous le dis, je suis comme vous un homme et comme tout homme, je suis faillible.

Grouchy a tenu les positions qu'il avait reçu l'ordre par Napoléon de tenir, s'il avait abandonné ses positions pour venir au secours de l'Empereur, il n'aurait certainement rien changé au désastre et Napoléon aurait justifié sa défaite en parlant de la «désertion» de Grouchy qui serait passé du statut d'imbécile à celui de déserteur.

Pour ce qui est de Trafalgar, j'ignore si ce Villeneuve était un trouillard mais, rappelez-moi, qui l'a promu pour diriger les escadres françaises? Si le génie de Napoléon était resté intact pourquoi a-t-il alors échoué? Peut-être parce qu'il avait été un imbécile, il n'aurait pu être vaincu!

Pour ce qui est des révolutionnaires de 1789, je ne les ai point connus et je ne connais nullement leur grandeur ou leurs défauts et laisse à Dieu (s'il existe) le soin de juger leurs âmes.
Pour ce qui est de Bernadotte, Napoléon déclara: «Bernadotte fut un ingrat mais pas un traître»

Si c'est l'Empereur qui le dit...

Respectueusement,

Gérard

Mon pauvre ami,

Regardez voir comment vous vous exprimez, déféquer, est un terme des plus grossiers, et qui me montre bien le genre d'estime que je dois vous accorder...

Me comparer à Capet est une injure que je ne puis tolérer, d'autant plus que j'ai applaudi à son supplice le vingt-et-un janvier 1793...

Seriez-vous donc royaliste, Gérard? Je comprendrais donc bien mieux votre entêtement...

Pauvre homme en vérité que celui qui s'exprime comme la lie du peuple...

Ah bon, première nouvelle Wellington serait intelligent, alors dites-moi donc quelle preuve de son intellect nous a-t-il donné?

Battre Marmont affaibli aux Arapilles en 1813, et contribuer à achever un Napoléon d'ores et déjà anéanti, vous trouvez cela intelligent, vous?

Sans doute pour un quidam tel que vous, Wellesley est une lumière...

Blücher, le vrai vainqueur de la bataille de Waterloo, bien évidemment, était stupide, cette opinion je la partage puisque lui ayant naguère botté le cul à Iéna, je sais qu'il ne vaut pas grand chose... mais je pense sincèrement qu'il surpasse tout de même mon interlocuteur actuel, chose incroyable, surtout si on a vu Blücher de près...

J'ai bien l'impression que vous avez un lien de parenté avec Grouchy...

En tout cas vous lui ressemblez sur le plan moral, et ce n'est pas un compliment...

C'est Brueys qui était pressenti pour commander la flotte franco-espagnole, mais manque de chance pour Napoléon, il est décédé avant Trafalgar, idem pour son successeur qui mourut peu de temps avant la bataille, alors il ne restait hélas plus que Villeneuve...

Je reviendrai une ultime fois sur la bataille de Waterloo, puisqu'il faut savoir que le 17 juin, la veille donc de la bataille, ce bâtard de Bourmont, ancien général chouan, qui avait rallié Napoléon lors du Consulat, a rallié les coalisés la veille de Waterloo, emportant avec lui les plans préparés par l'empereur, Grouchy l'a trahi, le lendemain, et Ney voulant mourir a fait bêtement massacrer la cavalerie...

Le génie de l'Aigle était resté intact, mais comment diable, aurait-il pu présentement l'appliquer avec tant de trahisons?

J'ai connu les révolutionnaires, j'ai été un Maratiste convaincu, et je ne le regretterai jamais...

Mon opinion est donc fondée...

L'un de mes correspondants m'a cité les grandes lignes du mémorial de Sainte-Hélène, plus que la véracité de ses dires, Napoléon voulait contribuer à forger sa légende, en étant quelquefois injuste avec son entourage...

Recevez Gérard mes salutations les plus distinguées

Joachim-Napoléon Ier

Votre Excellence,

Calmez-vous,

Vous êtes roi, ne me l'avez-vous pas vous-même dit et insisté sur ce point alors n'est il pas logique que je vous compare à ce qui fut un autre roi?

Louis Capet fut roi et c'est un fait et n'avez-vous pas, vous-même, admis ne pas croire aux fariboles de Liberté Fraternité et Égalité pour lesquelles les Révolutionnaires Bourgeois de 1789 ont guillotiné un certain nombre de vos compatriotes?

Que ces vertus ne furent jamais pratiquées en France ou ailleurs ne m'étonne guère, nous ne sommes pas des francs-maçons n'est ce pas?

Mais c'est tout de même au nom des valeurs de la Révolution que les campagnes napoléoniennes ont été plus ou moins menées.

Ce Marat, que je ne connais point n'a-t-il pas expédié pas mal de Français à l'échafaud et n'est il pas me semble-t-il grossièrement décédé tué dans son bain par une certaine Charlotte Corday fatiguée de voir des têtes tomber?

Ceci dit étant moi-même Belge cela ne me dérange nullement et je n'ai aucun lien de parenté avec Grouchy. Vous admettez d'ailleurs vous-même que Napoléon, notre génie, fut trahi par pratiquement l'ensemble de ses subalternes qu'il avait si génialement choisi.

Pour ce qui est de Grouchy, il n'était pas plus lâche que Ney ou un autre, il s'est retrouvé dans une situation perdue, ce que vous-même finissez par admettre et forcé d'obéir à des ordres de l'Empereur, il n'a pas déserté ou refusé de se battre sinon il aurait déserté ce qu'il n'a pas fait; il a tenu ses positions mais comme notre génial Empereur n'avait pas fait le bon choix stratégique, hé bien il s'est fait mettre en échec.

Un soldat doit obéir, s’il reçoit un ordre, il doit se soumettre; une armée n'est pas une démocratie mais un organisme où chaque élément doit marcher au pas et suivre les instructions données, une armée c'est une machine de guerre où l'initiative individuelle ne peut que nuire à la mécanique collective.

Un soldat abandonne sa conscience de soi pour la conscience de groupe, il suffit de voir un commando de Marines (soldats) marcher au pas pour comprendre cette psychologie collective.

Si un aveugle conduit un autre aveugle, ils finissent dans le même fossé et c'est ce qui se passe quand le «stratège génial» se trompe. Comme à Waterloo.

Vous êtes soldat, pourquoi ne comprenez vous pas cela?

Il est vrai que Blücher et Wellington étaient des crétins, c'est sans doute pourquoi, ils ont vaincu.
Pour ce qui est de Wellington, bon, il est vrai que les généraux anglais trouvent leurs diplômes dans une pochette surprise...

Wellington était un crétin, c'est pourquoi Napoléon s'est placé sous protection britannique pour ne pas être fusillé par Blücher. Wellington était un crétin sinon la garde impériale n'aurait pas été écharpée par les troupes britanniques. Wellington était un crétin sinon il n'aurait jamais occupé son poste et tenu tête à l'Empereur. Oui vraiment, le Roi des Crétins...

Je ne vois pas en quoi, Majesté, il serait condamnable d'être Royaliste.

Ne seriez-vous pas Roi? Déféquer est une fonction biologique comme les autres que nous partageons tous à condition d'avoir un tube digestif, me semble-t-il. Ce n'est pas une grossièreté, c'est un terme médical : il y a l'alimentation, la digestion et la défécation qui n'est pas un terme grossier ou vulgaire.

Pour ce qui est du supplice de Capet, je ne sais si le Comte de Provence, futur LOUIS XVIII, sera un meilleur souverain.

Applaudir à la mise à mort d'un homme désarmé suite à un procès partial pour des crimes politiques me semble peu charitable.

Est-ce une valeur républicaine? Si Louis Capet était coupable, il a payé sa dette à la société, alors n'est-il pas mesquin d'applaudir son supplice?

En effet, j'appartiens au peuple, ce peuple qui paie des impôts qui servent à entretenir les Rois, ce peuple qui donne ses fils pour fournir la chair à canon que ces Rois font massacrer sur tous les champs de bataille pour alimenter leur propre gloire, ce peuple sur lequel les troupes des Rois font tirer chaque fois qu'un Roi quelque peu paranoïaque le voit oser protester , ce peuple qui sert d'otage à tous les arbitraires sans jamais avoir rien à dire sans le payer au prix fort.

Ce peuple que les Robespierre et autres révolutionnaires instrumentalisent pour mener ses Révolutions et abandonnent dès qu'ils obtiennent le pouvoir. Ce peuple sans lequel, vous les Rois et Empereurs et autres bouchers criminels parvenus, ne seriez que de pauvres pitres enturbannés ne sachant que faire ni que dire.
Ce peuple qui existait avant Vous et les Vôtres et qui vous descendra au cercueil...

Oui, je suis du peuple!

Respectueusement

Gérard

Monsieur,

Je ne peux être comparé à un souverain héréditaire, puisque je ne le suis point moi-même, je suis le huitième enfant d’une famille d’humbles aubergistes, destiné à une carrière cléricale...

Je n’ai jamais cru aux fariboles de la devise républicaine, car je savais pertinemment, qu’elles ne pouvaient être appliquées...

Beaucoup de monde y a cru néanmoins, les sans-culottes en tête...

Pourtant détrompez-vous, j’ai bien fait partie de la Franc-Maçonnerie, par opportunisme plutôt que par conviction, car c’est dans les loges maçonniques que fermentait la révolution...

Il est vrai que nous affichions la ferme volonté, d’importer la grande idée de liberté dans les pays ou nous opérions, mais c’est qu’il était plus aisé de combattre en libérateurs plutôt qu’en conquérants...

Marat a effectivement fait tomber quantité de têtes, mais bien moins que Robespierre tout de même...

Napoléon a toujours craint d’être trahi par ses subordonnés, et il savait bien que lorsque la roue tournerait, ces derniers se retourneraient contre lui, c’est pour cela qu’il les couvrit de tant de faveurs, et qu’il instaura la noblesse d’Empire, hélas cela ne suffit pas, je dirai même que la noblesse d’empire coûta le trône à l’Aigle puisque les maréchaux anoblis rêvaient de jouir de leur rang, sans continuer à combattre...

Pourquoi donc insistez sur Grouchy, que j’ai vu combien de fois au feu, je puis vous dire qu’avec une indulgence poussée à son paroxysme, je n’ai jamais vu officier plus incapable, alors ce que j’ai ouï dire sur Waterloo, ne m’étonne guère...

Je suis d’avis que tout soldat patriote, doit certes obéir aux ordres, mais doit trouver au fond de lui l’esprit d’initiative...

C’est ainsi que furent possibles les montées en grade fulgurantes, qui firent que par exemple Joubert de simple grenadier devint en moins d’un an général de division...

Je suis et resterai un soldat, mais je suis un officier avant tout, c’est donc moi qui devais gérer mes troupes, et croyez-moi je le faisais bien...

Quant au reste restez dans l’idéologie Wellingtonienne, cela vous regarde
************************Fin de page************************