Retour en page d'accueil de Dialogus

Ranime
écrit à

Morgane


Une fée


   


Bonjour,

Je voudrais vous dire que je vous admire, vous et Viviane. Je voudrais savoir quels indices permettent de dire qu'on est vraiment une fée. Depuis toute petite j'ai cru en vous, même si je n'ai que dix ans.

Bien à vous,

Ranime
Très chère Ranime,

Tout d'abord je te remercie de ton admiration, mais tu sais, je suis une simple fille de la Déesse, comme toi.

Il n'existe pas de symptômes révélant une identité de fée... Car ce n'est pas une maladie. Tu es une fée si tu es née aux pays des fées. Mais il est possible que ces êtres aient porté sur toi une attention toute particulière. Il te suffit, pour en être sûre, de tendre l'oreille et d'ouvrir tes yeux au-delà de ce qui est visible. Bien souvent, les fées accordent une attention particulière aux enfants.

Que la Déesse te bénisse, Ranime.

Bien à toi,

Morgane

Bonjour Morgane,

Eh bien je pense que je suis une fée car j'ai beaucoup de relations avec l'eau et une fois j'ai réussi à faire des bulles dans l'eau rien qu'en passant ma main au-dessus.


Ranime, une petite fille qui vous adore

Petite Ranime,
 
Il est possible pour les être humains de développer des dons tels que tu le décris avec l'eau... Mais cela ne change pas ta nature. Sois heureuse que la Déesse t'ait accordé ce don, et sois heureuse d'être une petite fille du monde des hommes car c'est une merveilleuse aventure!

Je t'embrasse avec toute ma tendresse,

Morgane d'Avalon

Bonjour,

Mais peut-être que je ne suis pas un être humain et que je devais rester auprès des humains jusqu'à ce que je me rende compte de mes pouvoirs. J'aimerais vraiment repartir auprès de ma vraie famille si c'est le cas.

Tendrement,

Ranime

Petite Ranime,


Je comprends que tu aies envie d'appartenir au peuple des fées, mais il faut que tu arrives à faire la différence entre ce que tu souhaiterais et ce qui est. Les fées n'abandonnent pas leurs enfants, et il serait tout à fait impossible pour toi d'avoir pu vivre jusque-là dans le monde des hommes si tu avais été une fée. Les fées ne se réduisent pas simplement au fait d'avoir des pouvoirs. Elles ne ressemblent en rien aux êtres humains.

On m'appelle la fée Morgane, mais je ne suis pas une fée, je suis une prêtresse d'Avalon, fille de la Déesse et bien que je connaisse très bien le peuple des fées, ça ne fait pas de moi une des leurs. Me comprends-tu, Ranime?

Il ne faut pas passer ton temps à souhaiter être autre chose, être quelqu’un d'autre. Tu as la chance d'avoir conscience de ton don, là est la différence entre toi et beaucoup d'autres êtres humains: utilise-le et développe-le. Apprends à connaître ta nature humaine.


Bien à toi,

Morgane d'Avalon

Bonjour,

Cela veut dire que j'ai le don de l'eau, mais puis-je vous voir?


Ranime,

Il n'existe pas de don spécial pour un élément en particulier. Ce que tu peux faire avec l'eau n'est que le reflet d'une sensibilité très forte que tu as avec la nature. La nature est une expression de notre mère à tous; la nature est le lait qu'elle porte chaque jour à nos lèvres pour que l'on puisse grandir et évoluer. Il faut que tu travailles, que tu recherches en toi ce lien, car sans cela ce don est inutile.

Il est bien impossible pour moi de me montrer aux vivants. J'ai vécu ce que je devais vivre parmi les hommes, mon rôle est tout autre aujourd'hui. Je laisse place aux êtres tels que toi. Mais je suis présente et je veille.


Bien à toi et aux tiens. Que la Déesse te bénisse, petite Ranime.

Morgane d'Avalon.

************************Fin de page************************