Retour en page d'accueil de Dialogus

Anne
écrit à

Morgane


Au sujet de votre famille


   

Bonjour chère fée Morgane,

C'est un plaisir de vous écrire! Je salue votre demi-frère Arthur et votre belle-sœur Guenièvre. Je voudrais, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, vous poser quelques questions sur vos proches.

Je commence, les premières concernent vos sœurs. Si j'en crois de nombreuses sources, vous avez au moins une sœur, appelée Morgause. Est-elle plus jeune ou plus âgée que vous? Cette Morgause a épousé le roi d'Orcanie, me semble-t-il, mais est-ce bien cela? Elle a eu quatre fils de lui, tous chevaliers: Gauvain, Agravain, Gareth et Gaheris. A-t-elle eu aussi une fille nommée Clarissant? Dans quelles conditions a-t-elle eu, d'une relation incestueuse avec Arthur, un fils? Était-ce prémédité? Si oui, étiez-vous au courant?

Certains vous prêtent une autre sœur appelée Élaine, nom très courant dans le cycle arthurien. Mais après son mariage, elle disparaît totalement. La seule chose qui est dit d'elle, est qu'elle est la mère d'un autre chevalier et peut-être d'une fille. Est-elle morte jeune ou simplement était-elle beaucoup plus discrète que vous et Morgause?

Quelles étaient vos relations avec votre demi-frère, vos sœurs et votre belle-sœur Guenièvre?

Pardonnez-moi si ces questions semblent indiscrètes. Il faut avouer qu'il y a de quoi se perdre dans toutes ces versions de la légende de votre frère!

Anne


Très chère Anne,

Morgause est bien ma sœur, mais elle n'a point eu de fils avec notre demi-frère et roi Arthur. C'est moi qui, après une union des feux de Beltane, ai mis au monde Mordred, et Morgause l'a élevé. Tu t'imagines bien que ce n'était pas prémédité, nous étions jeunes et ce rituel nous obligeait à cacher notre véritable identité.

J'ai connu une prêtresse nommée à son arrivée sur l'île aux pommes «Clarissant» mais je ne saurais te dire si elle était la fille de Morgause, du moins n'ai-je pas été mise au courant.

Mon retrait sur l'île aux pommes et par la suite, ma position de grande prêtresse m'ont valu d'être coupée de ma famille hormis pour ce qui concernait le royaume; je ne pourrai donc pas t'en dire plus.


Bien à toi et aux tiens,

Morgane dite «la fée»

************************Fin de page************************