""+club-internet.fr
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Votre époux le marquis de Montespan

   
Chère Athénaïs,

Je suis ravie de pouvoir de nouveau correspondre avec vous et vous remercie de votre première réponse sur l'affaire des poisons. Je m'appelle Élodie, j'ai à présent quinze ans et vous admire toujours autant même plus. Vous êtes pour moi une femme exceptionnelle, en quelque sorte un modèle pour moi.

J'aurais désiré vous poser une autre question sur votre époux le marquis de Montespan. Vous m'avez dit dans votre missive que Monsieur s'était opposé à lui lorsqu'il désirait vous ramener sur ses terres. Pourquoi voulait-il cela? Avait-il appris que vous étiez la maîtresse de sa majesté? Est-il vrai qu'il avait fait installer des cornes au-dessus de sa calèche pour montrer à quel point il assumait d'être «cocu» et qu'il avait annoncé à ses serviteurs votre décès? On dit aussi qu'il portait le deuil, ce qui exaspéra Sa Majesté qui annula votre mariage, est-ce vrai?

Je vous remercie par avance de vos réponses et vous assure de mes sentiments distingués envers votre personne.

Je me permets de vous embrasser.

Élodie


Mademoiselle,

C'est avec grand plaisir que je vous responds à nouveau. Lorsque mon espoux apprit que j'estois devenue la favorite de Louis XIV, il entreprit de me reconduire sur ses terres, chose que je lui avois desja demandée avant de succomber aux désirs du Roy. Seulement, lorsque le marquis de Montespan décida de donner suite à ma demande, les mois avoient passé et je ne voulois plus partir. Je luy avois demandé cela pour échapper à l'amour du Roy mais désormais, estant devenue sa maîtresse, je m'opposois à quitter la cour.

Néanmoins, on ne pouvoit empêcher Louis-Henry de m'emmener avec luy où bon lui sembloit. J'ay donc demandé à Monsieur dont j'avois l'amitié, d'obtenir de mon espoux que je restasse à la cour. Je luy en fus tousjours fort reconnoissante. Ainsy, à la fin de l'année 1668, le marquis s'en retourna à Bonnefont-en-Bigorre avec nos enfans et annonça bien fort que j'estois morte! Ce desbordement ne fut point la principale cause de notre separation. En effet, le 7 juillet 1674, moy et Louis-Henry estions séparés de biens. Cela, car à cette date, j'estois mère de trois enfans illegitimes et mesme si Louis avoit reussi à les reconnoistre comme estant les siens, l'ombre du marquis de Montespan estoit tousjours un danger pour eux. Après cette séparation, les enfans que je donnois à Sa Majesté n'avoient plus rien à craindre de Louis-Henry de Montespan.

A bientost chère Elodie,

Athénaïs