Alix
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Vos parents

    Ma chère Marquise,

Avant tout, je vous prie d'excuser mes fautes d'orthographe, car je ne suis pas française. J'ai été très heureuse de vous retrouver sur Dialogus, car je m'intéresse à vous depuis longtemps. Je vous admire beaucoup, vous avez été la vraie reine de France au zénith du Roi Soleil et je pense que la plupart des historiens ont été très injustes avec vous. J'ai été très touchée par votre repentir et par la vie que vous avez menée après avoir quitté la Cour. Je trouve que le Roi et Mme de Maintenon ont été abominables avec vous, surtout elle, que vous avez sauvée de la misère.

J'ai lu assez de choses sur vous, mais ce qui m'intéresse le plus, ce sont les relations avec vos parents, frère et soeurs. Étiez-vous proche de vos parents? J'ai lu quelque part que votre père était un coureur de jupes et que votre mère était une bigote, et qu'ils se sont séparés. Est-ce qu'ils ont joué un rôle important dans votre vie? Quelle opinion avaient-ils de votre relation avec le Roi? Si je ne me trompe pas, votre père a été nommé gouverneur de Paris en 1669, donc il y a eu des avantages pour lui. Votre père a-t-il passé ses dernières années auprès de vous, à Versailles? je me souviens d'avoir lu cela quelque part.

Je sais que vous étiez proche de vos soeurs, Mme de Thianges et l'abbesse de Fontevrault. Pourriez-vous me parler un peu d'elles, et aussi de votre soeur Marie Christine, dont je sais seulement qu'elle était nonne? Votre frère, le Maréchal de Vivonne, m’intéresse aussi.

Pour l'instant, c'est tout ce que je désire savoir, mais je vous écrirai à nouveau, car je vous admire beaucoup. À bientôt, chère Marquise

Votre affectionnée, Alix



Madame,

Je suis touchée par les propos de vostre lettre et vous en remercie. Il est vray que j'ay mal supporté le comportement de Madame de Maintenon à mon esgard. Moy qui lui avoit donné ma confiance et une bonne situation alors qu'elle estoit encore dans la misère où l'avoit laissée ce pauvre Scarron. Elle réussit à me prendre le coeur du Roy et beaucoup murmurent à ce jour que Sa Majesté l'a espousée vers 1684! Quelle audace a eue Françoise pour se croire estre aussy haute que le Roy de France.

J'ai toujours eu beaucoup de tendresse pour mes parens mais je ne les ay pu costoyer estant enfant: mon feu père estoit au service du Roy et ma mère estoit auprès d'Anne d'Autriche jusqu'à sa mort. Je n'ay jamais esté très proche de ma mère, Diane de Grandseigne. Celle-ci craignoit Dieu et me reprimanda quand je commençois à frequenter les salons et à lire des romans. Elle auroit seurement voulu que je m'enfermasse dans un couvent comme le firent mes cadettes. Elle mourut peu après la Reyne Mère en 1666, bien avant ma liaison avec le Roy. Je puis dire sans aucune pretention que j'ay tousjours esté la preferée de mon père Gabriel duc de Mortemart. Il est vray que mon père aimoit bien passer du tems avec moy et me visitoit souvent. Je n'ai jamais voulu sçavoir comme il voyoit ma relation avec Louis. Il devoit estre heureux pour moy car il savoit bien que mon mariage estoit un desastre. Vous avez entièrement raison lorsque vous dites que mes parens se separèrent pour cause de l'infidelité de mon père à ma mère. Cela fut fait en 1663 peu avant que je devinsse marquise de Montespan. Mon père nous a quittés en l'année 1675.

Mon frère Louis Victor fut fait comte de Vivonne. Il grandit auprès de Sa Majesté et gagna sa confiance et son amitié. J'ai toujours esté très proche de luy. Il s'engagea dans la marine et devint capitaine general des galères ainsy que mareschal de France. En 1674, le Roy lui donna le titre de vice Roy de Sicile. Mon frère espousa l'année de mes quinze ans Antoinette Louise de Roissy qu'il n'aima point et que je m'appreciois pas non plus tant elle estoit capricieuse. Louis Victor deceda en 1688.

J'aimois beaucoup mes chères soeurs. Mon aisnée me ressembloit assez. Gabrielle aimoit beaucoup la cour et j'avois plaisir à l'y voir venir. Elle avoit espousé, la mesme année que Louis Victor, le marquis de Thianges qui n'aimoit que sa Bourgogne. Il y entrainoit ma soeur qui revint bien vite à Paris. Gabrielle et moy avons toujours esté en bonnes relations jusqu'à sa mort en 1693.

Marie Christine naquit peu de tems après moy. Elle fit grande joie à ma mère car il apparut très vite que ma cadette ne vouloit d'autre espoux que Dieu. Dès son plus jeune age, Marie Christine avoit décidé de se consacrer à l'Eglise. Elle entra à la Visitation bien que mon père eust souhaité qu'elle choisist un couvent plus prestigieux. Quant à la dernière de mes soeurs, Marie Madeleine, elle passa ses premières années à la cour avant d'entrer à l'Abbaye-aux-Bois sur voeu de mon père. Marie Madeleine suivit la vocation de Marie Christine et prit bientôt le voile. Par la suite, elle fut nommée abbesse de Fontevrault. C'est chez elle que je suis allée après avoir quitté la cour. Elle est décédée depuis l'année 1704 et n'a toujours receu que louanges et complimens.

J'espère vous avoir assez bien renseigné sur ma famille,

Françoise Athénaïs marquise de Montespan



Madame la Marquise,

Je vous remercie pour votre réponse si prompte et complète. J'ai été ravie d'apprendre tant de choses sur votre famille. Je voudrais savoir un peu plus sur vos enfants, surtout ceux issus de votre mariage. Est-ce qu'ils sont restés avec vous après votre séparation du marquis? Sinon, les avez-vous visités régulièrement? Je sais que plusieurs de vos enfants sont morts en bas âge; pour moi, c'est le pire qui puisse arriver dans cette vie, je suis sûre que ce fut horrible pour vous d'affronter plusieurs fois pareille épreuve. J'ai une question plutôt indiscrète: avez-vous des préférés parmi vos enfants? Quelles ont été vos relations avec vos enfants après votre départ de la Cour? Allez-vous les voir parfois, ou alors vous visitent-ils? Enfin, je voudrais savoir combien de petits-enfants vous avez, et quelles sont vos relations avec eux. Je vous remercie et j'attends avec impatience votre réponse.

Alix



Très chère Alix,

Ma fille légitime Marie Christine partit à l'age de 3 ans dans la famille de mon espoux pour y recevoir une éducation digne de son rang. Je ne l'ay plus jamais revue. J'ay le souvenir d'une enfant très attachante et souriante que j'aimois enormement. En 1668, lorsque le Roy contraignit le marquis de Montespan à l'exil sur ses terres, Henry s'en alla en emmenant Louis Antoine qui estoit alors fort jeune. Il raconta à mes enfans que j'estois morte et me fit mesme des funérailles! Je ne pus revoir mon fils que lorsqu'il avoit desja 14 années. Quant à ma fille, celle-cy est decedée le cinquième jour d'avril 1675.

J'ay tousjours esté beaucoup peinée de la mort de mes enfans. Mais à nostre epoque, il n'est point rare de perdre quelques enfans en bas age. Je ne suis pas la plus à plaindre. Songez à cette pauvre Reyne qui perdit tous ses enfans à l'exception du Dauphin. Je pense aussy à Mademoiselle de la Vallière à qui il ne reste aujourd'hui que la princesse de Conti.

J'aime bien sûr tous mes enfans. Mes fils Louis Antoine et Louis Alexandre sont tousjours très présents pour moy à l'inverse de Louis Auguste qui ne se préoccupe guère de mon sort. Quant à mes filles, je ne vous cache pas ma préférence pour Louise Françoise qui me ressemble beaucoup.

Lorsque je quittay la cour, Louis Auguste ne cacha point sa satisfaction. Il fit mesme jeter mes effets par les fenestres afin de prendre mes appartemens. Mes autres enfans estoient quelque peu peinés mais je gardois des relations avec eux. Aujourd'hui, de mes enfans illégitimes, seul le comte de Toulouse me visite encore régulièrement.

J'ay desja de nombreux petits-enfans mais je n'ay pu rencontrer que ceux de mon fils légitime. Les autres vivent à la cour auprès du Roy.

L'espouse de Louis Antoine, Julie Françoise de Crussol, lui a donné quatre fils. J'ay eu le plaisir de voir les deux aisnés, Louis né en 1689 et Pierre né en 1692. En revanche, je ne sçay rien des cadets, Gabriel François et Louis Marie.

La duchesse du Maine a d'abord eu plusieurs enfans morts en très bas age avant de donner à mon fils des enfans de bonne constitution. Elle a mis au monde un fils en 1700 qui a reçu le prénom de son père. Louis Charles est né en 1701 et le petit Charles Louis naquit en 1704.

Ma chère Louise Françoise a desja eu huit enfans de son espoux le prince de Condé:

- Marie Anne née en 1690
- Louis Henry né en 1692
- Louise Elisabeth née en 1693
- Louise Anne née en 1695
- Marie Anne née 1697
- Charles né en 1700
- Henriette née en 1703
- Elisabeth née en 1705

Françoise Marie, aujourd'hui duchesse d'Orléans, a mis d'abord au monde une fille qui vécut peu avant de me donner quatre autres petits enfans:

- Elisabeth née en 1695
- Louise Adélaïde née en 1698
- Charlotte Aglaé née en 1700
- Louis né en 1703

J'espère avoir comblé votre curiosité,

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart

Marquise de Montespan