aracaelimaris+yahoo.com
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Vos amis

    Chère Marquise,

Il y a bien longtemps que je ne vous ai pas écrit. Je vous prie de pardonner mon silence et j'espère que vous allez bien. J'ai eu le grand bonheur de visiter Versailles et j'ai été enchantée par cette visite. Quel bonheur et quel privilège pour vous d'avoir régné dans ces lieux merveilleux! Je crois que ce fut très difficile pour vous de les quitter.

Je voudrais savoir si ceux qui étaient vos amis durant votre liaison avec le roi sont restés vos amis après votre départ de la Cour. Je pense que c'était extrêmement difficile de trouver de véritables amis à la Cour, où il y avait tant d'intrigues. Je suis sûre que la plupart des dames auraient voulu vous remplacer auprès du Roi.

Vous avez été dame d'honneur de Madame. Était-elle votre amie? Que pensez-vous de sa mort? A-t-elle été empoisonnée sur ordre de Monsieur?

J'ai lu que votre soeur, madame de Thianges, est restée à la Cour après votre départ et que le Roi l'estimait beaucoup. Aviez-vous une bonne relation avec elle? Je crois que l'abbesse de Fontevrault est votre soeur préférée. Je voudrais savoir aussi quelles sont vos relations avec Madame de Vivonne et ses enfants.

Affectionnement vôtre,

Alix



Très chère Alix,

Vous me voyez très heureuse de recevoir de vos nouvelles. Je suis touchée que vous vous inquiétiez de ma santé. Sçachez que je me porte bien pour le moment. Avoir de véritables amis à la cour n'est point chose simple. Quand on se trouve estre la favorite du Roy, de nombreuses dames gravitent autour de vous dans l'espoir de vous ravir cette place privilégiée. Ce fut le cas de la princesse de Soubise, de madame de Ludres et de mademoiselle de Fontanges. Dois-je également citer la marquise de Maintenon? Je pensois avoir trouvé en elle une personne à qui me confier mais au fond, elle ne cherchoit qu'à m'évincer. Bonne d'Heudicourt compta aussy parmi les personnes qui m'estoient proches. Nous fréquentions ensemble les plus prestigieux salons de Paris. Vous imaginez bien ma colère lorsque j'appris que Bonne avoit parlé autour d'elle de ma liaison avec le Roy et du premier enfant que j'avois donné à Louis. À mon arrivée à la cour, je passois beaucoup de tems avec Aure de Montalais qui estoit également demoiselle d'honneur de la duchesse d'Orléans. Je ne suis restée que peu de tems au service de Madame. Alors que j'entrois chez la Reyne Marie-Thérèse, mademoiselle de Montalais se vit exilée.

Bien que par la suite je fusse en conflit avec mademoiselle de la Vallière, il fut un tems où j'estois très proche de Louise, qui estoit mon amie. Or, celle-cy estoit demoiselle d'honneur de la duchesse d'Orléans qui ne l'apprécioit point car elle considéroit que Louise luy avoit pris le coeur de Roy. Bien que Henriette d'Angleterre fust une personne aimable, je ne fus jamais très proche d'elle mais son trépas ne me laissa pas indifférente pour autant. La mort de la duchesse fut très soudaine et beaucoup la creurent empoisonnée dont elle-mesme qui mourut en disant qu'on l'avoit assassinée avec la tasse de chicorée qu'elle venoit de boire. On en donna à un chien qui resta bien vivant. Sachez chère Alix que Madame estoit de santé fragile, fatiguée par de nombreuses grossesses et par un récent voyage en Angleterre auprès de son frère le feu Roy Charles II. Bien avant son décès, beaucoup de personnes la trouvoient plus morte que vive tant elle estoit devenue pâle et maigre. Quant à soupçonner Monsieur de l'avoir fait empoisonner, je n'y croy pas. Il est vray que le frère du Roy estoit attiré par les hommes, et parfois jaloux de la faveur de son espouse auprès de Louis, mais il avoit pour elle beaucoup d'amitié et de tendresse.

Ma soeur aisnée Gabrielle de Thianges a en effet passé énormément de tems avec moy à la cour et estoit très appréciée du Roy. J'estois très proche d'elle et de ses filles. Gabrielle estoit un peu ma confidente et une amie. Elle est décédée le 12 septembre 1693 à Paris. À cette date, j'avois quitté la cour depuis près de deux ans. Je m'entendois très bien avec ma cadette Marie-Madelaine qui avoit esté nommée abbesse de Fontevrault par le Roy en 1670. Après mon départ de la cour, je me suis tournée vers elle qui m'a accueillie avec beaucoup de chaleur. J'admirois bien fort ma soeur qui s'estoit tournée vers Dieu très tost. À sa mort en 1704, Louise-Françoise, fille de mon frère, reprit sa charge. L'espouse de Louis-Victor, Antoinette-Louise de Mesme de Roisy, est depuis tousjours une femme capricieuse qui ne m'a jamais pleu. Lorsque Louis-Victor l'espousa en 1655, j'essayai de luy donner mon amitié mais son mauvais caractère prit le dessus sur tout le reste. La nouvelle duchesse de Mortemart eut de son frère trois filles vivant toujours, ainsy qu'un fils, Louis, décédé à l'age de 25 ans en 1688, me semble-t-il.

Avec toute mon amitié,

Françoise Athénaïs de Rochecouart de Mortemart, marquise de Montespan