Cassandre
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Pauvre Marie-Thérèse

   

Bonjour Madame,
 
Comment vous portez-vous? Permettez-moi de me présenter: je m'appelle Cassandre et je vais fêter mes douze ans bientôt.

Je vous écris pour vous dire que je vous admire pour votre beauté et votre esprit, mais aussi pour vous poser cette question: Ne trouvez-vous pas qu'il est injuste de «voler» le roi à Marie-Thérèse? Ne prenez pas cela comme des reproches; bien d'autres avant vous l'ont fait, mais je tiens à vous dire que c'est injuste, et que c'est bien la seule chose qui me désole chez vous.

Recevez mes sincères salutations,

Cassandre


Chère Cassandre,
 
Je ne considère point avoir pris à la reyne l'affection de Louis. Vous devez sçavoir que je n'estois pas la première femme qui avoir les faveurs du roy: Sa Majesté avoit desjà délaissé Marie-Thérèse pour mademoiselle de La Vallière ou pour la princesse de Monaco. Le cœur de Louis n'estoit plus à son espouse depuis bien des années lorsque je suis rentrée dans sa vie.

La reyne n'avoit pas assez de points communs avec Louis pour garder son affection bien longtemps. Elle estoit, certes, pieuse mais trop timide, effacée et ne sçavoit, à la fin de sa vie, que quelques mots de françois.
 

Bien à vous, chère enfant,
 
Françoise de Rochechouart de Mortemart
Marquise de Montespan