Élodie
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Ma chère marquise

    Bonjour,

Comment allez-vous depuis notre dernière lettre?

Moi, mal, ma tante est décédée le 26 juin 2008 d'un cancer.

Amicalement.

Élodie

Bien chère Élodie,
 
Vous me voyez bien navrée d'apprendre le trépas de vostre tante. Mes parents n'ayant point de sœur, je ne pourrai esvoquer la perte d'une personne similaire. Mais j'eus la douleur de perdre des enfans et ma mère, alors que je sentois au fond de moy que j'aurai pu encore avoir bien besoin de ses conseils et de sa présence.
 
La vie peut se montrer cruelle avec nous et nous enlève des estres chers. Je comprend vostre désarroy et vous envoie tout mon soutien dans cette dure espreuve. Souvenez-vous des bons moments que vous avez eus avec vostre tante, gardez en mémoire ses qualités, les conseils qu'elle a pu vous donner. Entourez bien votre famille est les éventuels enfans que vostre tante laisse derrière elle. Profitez des gens que vous aimez et qui vous aiment.
 
Bien à vous,

Athénaïs de Montespan

Merci, madame, de votre soutien. Cela me fait plaisir.

Je pense qu'au lieu de faire la guerre, on devrait profiter de la vie.

Je vous admire.

Élodie de France

Je suis du mesme avis que vous, chère amie. Prenez soin de vous.

Athénaïs

Madame,

Je suis heureuse que vous me considériez comme une amie. Moi aussi je vous adore. Savez-vous que dans «Secret d'Histoire», on parlera de vous? J'ai vraiment hâte.

Parlez-moi de la vie des courtisans.

Prenez également soin de vous, et passez le bonjour à vos enfants.

Cordialement.

Votre amie Élodie

Chère amie,
 
Excusez mon retard, vostre lettre s'estoit égarée au fond de mon secrétaire. Qu'est-ce donc que ce que vous nommez là «Secret d'Histoire»?
 
Pour ce qui est de la vie que mène un courtisan, je dirais qu'elle est réglée selon l'étiquette. La cour reste un lieu cruel où les intrigues et les alliances sont cruciales pour se faire une place et la conserver. Les amis d'aujourd'hui peuvent devenir les ennemis de demain!
 
Athénaïs