Estelle
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Les critères de beauté

    Chère Madame,

J'aurais, pour une recherche, et aussi par pure curiosité, aimé savoir quels sont les critères de beauté (physique) pour les femmes de votre époque.

Je vous demande donc respectueusement (bien entendu), de bien vouloir répondre à ma question.

Merci d'avance,

Estelle



Chère Estelle,

Il me fait grand plaisir de vous respondre, cela me rappelle bien des souvenirs.

Sçachez tout d'abord que les dames ayant les cheveux roux sont mal vues. Certains pensent en effet reconnaître la présence du diable en elles. Les cheveux blonds estoient les plus prisés lorsque j'estois à la cour. Le Roy les aime particulièrement. La feue Reyne estoit blonde tout comme moi mesme ou Mademoiselle de la Vallière. Il me souvient que la pauvre Dauphine estoit considérée comme laide parce qu'elle avoit des cheveux noirs.

Tousjours en ce qui concerne les cheveux, nous les aimons longs afin de pouvoir essayer dessus diverses coiffures et y mettre des rubans.

Une femme considérée comme estant d'une grande beauté doit avoir une belle gorge qu'elle montre grâce à une toilette avec un décolleté. Il me revient à l'esprit le cas de la première espouse de Monsieur. Henriette d'Angleterre estoit tellement maigre et sans gorge que Louis avoit dit à son frère que celuy-cy alloit espouser les os des Saints-Innocents (1). Il ne faut point non plus qu'une dame soit trop grasse comme l'est la seconde Madame. Celle-cy a certes un esprit fort brillant mais est victime d'un embonpoint qui la rend grossière et masculine.

Beaucoup de dames aiment à faire broder des perles et de l'or sur leurs toilettes, ce que moy mesme j'ay fais durant plusieurs années.

Sur le visage, les femmes mettent de nombreuses crèmes et baumes pour garder une belle peau. Les jeunes filles doivent attendre la permission des parens pour se mettre du rouge sur les joues.

Les dames usent aussy de mouches qui se placent sur divers endroits du visage. J'en ay moy mesme mis lorsque j'estois la favorite du Roy mais je ne me rendois pas ridicule comme certaines femmes qui en mettent beaucoup plus qu'il n'en faut.

Enfin, rares sont les dames à la cour qui ne portent pas de pendans. Ceux-cy sont bien souvent en perle ou en corail.

Grâce à tous ces critères que j'ay appliqués lorsque j'estois à la cour, Sa Majesté me dit à plusieurs reprises que j'estois la femme la plus belle de son royaume. Cette époque est désormais bien loin...

Bien à vous,

Athénaïs, Marquise de Montespan

-------------------------------------------

(1) Le cimetière des Saints-Innocents était alors le plus grand cimetière de Paris.
Le Bibliophile de Dialogus.