Isabelle
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

La marquise de Fontanges

   

Chère  Marquise,

J'ai lu dans «Les femmes du Roi-soleil» que vous étiez charmante, mais que vous ne supportiez pas de trop éclatantes rivales et que, quand sa majesté se prit d'une passion pour une jeune fille de dix-huit ans, Françoise de Roussille, vous avez organisé des messes noires, afin de récupérer les faveurs de sa Majesté, et, dans le film «L'affaire des poisons», vous faites préparer un breuvage mortel dans un jus de fruit que la Marquise de Fontanges boit et s'effondre. Avez-vous véritablement fait empoisonner Mademoiselle de Fontanges?

Merci de me répondre, chère Athénaïs,

Une de vos plus ferventes admiratrices


Chère Isabelle,

Ce seroit mentir que de vous dire que je ne fus point jalouse de mes rivales. Je fus néanmoins quelque peu surprise que Sa Majesté soit aussi sensible au charme de Marie-Angélique de Fontanges, car cette le jeune fille avoit certes une grande beauté mais estoit dénuée d'intelligence. Peut estre rappelloit-elle au roy son amour de jeunesse, la duchesse de Vaujours. La passion de Sa Majesté estoit si grande pour mademoiselle de Fontanges, qu'elle la fit duchesse. Hélas, la jeune femme ne se remit vraiment jamais de ses couches et demeura dans un état de grande faiblesse qui finit par la mener au tombeau. Je me suys desja défendue dans ma correspondance antérieure sur les accusations qui sont portées sur moy dans l'Affaire des Poisons. Mais sachez que je n'ay point cherché à faire empoisonner la duchesse de Fontanges. Ces rumeurs sont colportées par des personnes peu scrupuleuses qui ne cherchent qu'à me nuire.

Je vous donne le bonjour,

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart
Marquise de Montespan