Flore
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Favorite

    Chère Athénaïs,

Je trouve que vous avez un très joli nom, et qui vante bien votre beauté puisqu'il fait penser au nom d'une déesse. Je regrette que tant de gens vous croient coupable dans cette affaire des poisons; j'ai eu moi-même des doutes, mais je sais désormais que vous seriez incapable d'une chose pareille. Et je trouve que madame de Maintenon aurait pu être accusée elle aussi puisqu'elle jalousait autant que vous la liaison du roi avec Angélique de Fontanges.

Je sais que vous êtes assez lucide pour vous rendre compte que si Louis s'intéresse à des petites sottes pareilles –tout ça parce qu'elles sont très belles–, c'est qu'ils ne valent pas la peine que l'on finisse condamnés pour eux. Madame de Maintenon n'est qu'une ingrate et une hypocrite. Je le lui ai écrit d'ailleurs sur Dialogus. J'espère que Louise de Lavallière et vous avez fait la paix. J'espère que vous ne serez pas vexée, mais c'est cette dernière que je préfère. Mais sachez que j'ai aussi beaucoup d'estime pour vous.

Respectueusement,

Flore



Mademoiselle Flore,

Il y a bien lontems que vous ne m'aviez écrit. Je suis ravie de recevoir de vos nouvelles. Je vous remercie pour toutes les choses agréables que vous soutenez à mon sujet. Vous estes sans doute de ces personnes qui ne jugent point les gens sur une rumeur. Cela manquent à la cour de France.

Je vous mets toutefois en garde Mademoiselle, n'allez pas clamer sous le nez du roy que vous croyiez que la marquise de Maintenon puisse estre impliquée dans cette sombre affaire des poisons. Vous finiriez probablement à la Bastille ou sur l'échafaud. Il est néanmoins exact que Madame de Maintenon qui tentoit de remettre Louis sur le chemin de la raison pu estre troublée par l'arrivée de Mademoiselle de Fontanges. Cette enfant etois certes d'une grande beauté mais n'etois point dotée d'une grande intelligence. Le roy se lassa bien vite la pauvre Marie Angélique qui mourut de façon bien tragique à un si jeune asge.

Je suis tousjours restée en très bons termes avec cette chère Louise de la Vallière. J'estois desja son amie lorsqu'elle estoit la favorite de Louis XIV et je l'ay énormement visitée depuis mon retrait de la cour. Bien que je dois l'admettre, je ne fus pas tousjours bien tendre avec la duchesse de Vaujours, surtout au début de ma liaison avec le roy. J'espère que Louise aura su me pardonner mes écarts. Il me fait grand plaisir que vous l'appréciez. Louise est une femme des plus vertueuses qui a bien souffert au cours de sa vie. La mort ne l'a point épargnée puisqu'elle lui a enlevée de nombreux de ses enfans. Mais la duchesse n'a jamais esté au désespoir et s'en remet entièrement à Dieu. Je puis ici affirmer qu'elle fait l'admiration de tous à la cour.

Je vous embrasse chère Flore,
Athénaïs de Montespan




Très chère marquise,

N'ayez crainte, la bastille a été prise par nos patriotes en 1789, et depuis, tous les ans, la France fête cet événement. Je serai donc envoyé sur l'échafaud ou en prison pour avoir dit ce que je pensais. Je vois que le roi n'est pas homme à aimer que l'on lui dise la vérité en face. J'ai d'ailleurs été étonnée que Jean de la Fontaine qui se moquait parfois du roi dans une de ces fables, je ne sais plus laquelle, en le représentant aux animaux, n'ait pas fini sur l'échafaud. J'aurai été fière de finir sur l'échafaud pour que la France entière sache que la marquise de Montespan était une femme intèbre et pas le monstre que l'on peint.

Bien que j'avoue que j'ai peur de la décapitation à la hache. Il n'y a plus la peine de mort en France, je le regrette d'ailleurs car même à notre époque, des criminels mériteraient le pire des châtiments. D'ailleurs, j'aurai vu plus Louis XIV et madame de Montespan sur l'échafaud qu'un de ses descendants, Louis XVI. Lui aussi, il a une étiquette de criminel qui lui colle à la peau. Je vous demande pardon de vous avoir cru un instant aussi coupable dans l'affaire des poisons.

Je suis votre bien dévouée,
Flore



Bonjour Flore,

Ne pensez point que Louis ne peut entendre la vérité. Il faut juste user, Mademoiselle, de la manière qui convient pour ne pas déplaire au Roy. Du tems où la marquise de Maintenon estoit madame Scarron, je ne me suis point gesnée pour dire à Louis que je ne pouvois plus la souffrir par moment. Mesme aprés que Sa Majesté ne m'a plus portée dans son coeur, je continuois à m'exprimer lorsque les manières de Françoise me desplaisoient.

Monsieur de La Fontaine estoit parmi l'entourage proche du Roy et lui a tousjours tesmoigné beaucoup de respects. Il avoit l'art et la manière de contredire parfois Louis mais sans jamais porter outrage à sa royale personne.

Bien à vous trés chère,

Athénaïs