Laure
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Couvent

    Chère Marquise,

Je suis très émue de pouvoir ainsi converser avec vous ou, tout au moins, vous écrire. J'imagine que vous êtes très sollicitée, mais peut-être aurez-vous tout de même le temps de répondre à ma question.

Il y a deux ans, j'ai écrit une biographie sur Louis le quatorzième, notre bon Roi. Bien entendu, beaucoup de pages dans ce livre vous reviennent! C'est d'ailleurs de cette façon que j'ai mieux appris à vous connaître. Passionnée depuis mon enfance par le siècle des Lumières, fascinée par Louis du haut de mes huit ans, férue d'histoire de France, amoureuse de Versailles, je ne pouvais qu'écrire sur ce grand roi! Mais mon cœur va également vers la femme, à mes yeux, qui a...


Pardon, chère Marquise, pour cette interruption involontaire de ma missive.

Comme je vous le disais, j'ai appris à vous connaître en écrivant la biographie de notre bon Roi. Vous dire quelle admiration je vous porte serait un euphémisme. Vous êtes incontestablement LA femme dans toute sa splendeur, car à la fois belle à l'extérieur comme à l'intérieur. Je ne porte aucune attention à vos détracteurs, car je vous comprends tellement! Quel courage pour affronter toutes ces épreuves qui ont jalonné votre vie! Et quel bonheur d'avoir été la favorite en titre! Mais quel lourd tribut pour ce bonheur.

Tout cela, j'aimerais le raconter dans mon second livre; d'où ce courrier pour vous poser ma question. Je n'en suis qu'au début, votre enfance et votre jeunesse. De par les sources que je possède, l'on raconte en majorité que vous êtes entrée au couvent vers l'âge de douze ans. Cependant, concernant la fiabilité de mes sources, ma préférence va vers le livre de Catherine Decours «Aimée du Roi» qui est fabuleusement et remarquablement fourni, mais qui indique que vous êtes entrée au couvent à huit ans.

Qu'en est-il? Madame Decours explique que votre chagrin en était augmenté du fait que vos sœurs ne sont entrées au couvent que bien plus tard, vers douze ans, et que vous étiez la seule à y aller si jeune. De plus, vous étiez heureuse à Lussac, avec Nono, et ne souhaitiez pas la quitter. Vous seriez sortie du couvent vers l'âge douze ans; c'est votre père qui serait venu vous chercher au moment de la Fronde et vous auriez connu Louis justement pendant cette sombre période, lorsque lui-même, Anne d'Autriche et ce qu'il restait de la Cour, fuyaient. La première fois aurait été en patinant sur un lac gelé (mais vous l'aviez juste croisé), et la seconde, en jouant dans les couloirs du Château de St-Germain avec Monsieur, avec qui vous étiez très amie, et vous vous seriez téléscopée au jeune Louis au détour d'un corridor!

Pouvez-vous m'éclairer sur cette période, surtout ce qui concerne le couvent, car j'avoue être un peu perdue?

J'ai encore mille questions à vous poser, mais, outre l'émotion qui m'étreint et m'intimide, je ne souhaite pas vous prendre trop de votre temps précieux. D'avance, merci de vous être arrêtée à la lecture de ce modeste petit mot, rédigé avec autant d'affection que d'admiration. J'aurais tant aimé être près de vous à Versailles!

Au plaisir de vous lire!

Très respectueusement,

Laure


Mademoiselle Laure,
 
Tout d'abord, vous me trouvez fort flattée par toutes vos gentillesses sur ma personne. Je ne m'attendois point à estre l'objet de tant d'admiration et quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre à la lecture de vostre missive que vous comptiez escrire un ouvrage sur moy! Auriez-vous entrepris d'estre mon historiographe?
 
Pour respondre à votre question sur mes jeunes années, j'ay connu quelques espisodes de la Fronde, en suivant mes parents au Louvre. Mon père y estoit gentilhomme de la chambre du roy et ma mère, dame d'honneur de la reyne Anne d'Autriche. Cependant, vers l'asge de douze ou treize ans, je rentrois au couvent Sainte-Marie à Saintes pour y parfaire mon éducation afin de paraistre en société. J'en sortis en 1660 pour rentrer au service de la jeune duchesse d'Orléans en tant que fille d'honneur.
 

Au plaisir de vous lire,
 
Françoise de Rochechouart de Mortemart
Marquise de Montespan