Sophie
écrit à

   


Marquise de Montespan

     
   

Athénaïs de Rochechouart

    Madame la Marquise,

J'ai consulté avec intérêt les différents courriers qui vous ont été adressés sur Dialogus. Et je n'y ai point trouvé la réponse à une question que je me pose depuis très longtemps. Si vous me le permettez je vais vous la poser, elle est très simple: où êtes-vous née exactement? D'aucuns prétendent que c'est à Lussac-les-Châteaux, petite commune de la Vienne, où les curieux peuvent visiter une demeure censée être celle de votre naissance. D'autres rejettent cette information.

Je me suis rendue dans ce village et effectivement j'ai retrouvé dans les archives de la paroisse, votre acte de baptême. Pouvez-vous m'éclairer sur ce sujet?

Je serai très honorée si vous décidiez de répondre à ma question et vous assure de toute ma respectueuse admiration.

Sophie



Chère Sophie,

Je suis bien née dans la demeure familiale des Rochechouart de Mortemart à Lussac-lès-château, ce qui vouloit dire «près du château», le cinquième jour d'octobre de l'année 1640. C'est là que je fus egalement baptisée.
N'hesitez pas à m'escrire de nouveau si vous avez d'autres questions.

Bien à vous,
Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart
Marquise de Montespan



Madame la Marquise,

Un grand merci pour votre réponse qui confirme ce que je pensais. Pour être tout à fait honnête envers vous, je dois préciser que je suis en train d'écrire un livre sur l'Histoire de la Vienne et je voulais avoir une certitude sur le lieu de votre naissance. J'ai une autre question: êtes-vous restée longtemps à Lussac-les-Châteaux? Pouvez-vous me conter une anecdote ayant un rapport avec cette période?

Je suis consciente de mon audace, et j'ose espérer que vous ne m'en tiendrez pas rigueur.

Restant votre dévouée,

Sophie



Chère Sophie,

J'ay passé mon enfance à Lussac-lès-Château dans la demeure familiale jusqu'à mon entrée au couvent Sainte-Marie de Saintes vers l'age de douze ans. Mes parens estant au service de la couronne, je ne les voyois que très rarement. Mes soeurs et mon frère estant nés à Paris, ils ont passé leur petite enfance dans cette ville. J'estois quant à moy élevée par des nourrices dont ma favorite se nommoit Auzanneau et que j'appelois «Nono».

Cette période de ma vie fut heureuse et paisible, c'estoit un tems de liberté et d'insouciance bien loin de la cour et de ses intrigues.

A bientost,

Françoise Athénaïs de Rochechouart de Mortemart
Marquise de Montespan