Retour en page d'accueil de Dialogus

Vanessa
écrit à

Jacques Mesrine


Ennemi public no 1


    Cher Monsieur Mesrine,

J'ai lu attentivement votre livre, je l'ai même dévoré tellement cela m'a intéressée. Pourriez-vous me dire ce que cela fait d'être déclaré «ennemi public No1»? Comment vit-on avec ce titre?

Merci d'avance pour vos réponses,

Vanessa

Pour être tout à fait honnête avec vous, Mesrine, l’ennemi public puméro 1 et sa légende m’ont, à une époque, donné une satisfaction et une jouissance conséquentes. À la finale, quoi de mieux pour un gangster que d’être considéré comme l'homme qu'il faut coûte que coûte abattre? Qui plus est, dans la police on me surnomme «Le Grand». C’est dire...

Mais aujourd’hui, ce titre et cette légende ne m’intéressent plus. Bien au contraire, je suis, et je reste un homme qui lutte pour une cause désespérée. La fermeture des QHS! Et ça, croyez-moi, c’est bien plus important qu’une image de marque.

Amicalement,

Jacques MESRINE


************************Fin de page************************