Vive la Reine!
       

       
         
         

Anne-Lise

      Votre Majesté,

Tout d'abord je voudrais que vous sachiez que c'est un grand honneur pour moi de pouvoir vous écrire cette lettre.

Cependant je suis consternée de voir que vous ne recevez pas autant de courrier que L'impératrice Elisabeth d'Autriche (mieux connue sous le nom de Sissi). Pourtant votre vie fut nettement plus passionante que la sienne. Attention, j'ai beaucoup d'admiration pour S.M. L'impératrice Elisabeth, mais je puis vous assurer que pour moi vous battez tous les records.

En fait mon admiration pour vous est née grâce a une émission de télévision française (une boîte à images qui de nos jours est malheureusement plus populaire que le théâtre ou l'opéra). Ayant vu une présentation sur un livre qui vous est dédié, je me suis précipité chez le libraire et j'étais directement sous le charme, sous votre charme. J'ai déjà lu pas mal de livres sur vous et votre époux Sa Majesté Louis XVI.

J'aurais bien des centaines de questions à vous poser, même si j'ai l'impression de vous connaître par coeur après tout ce que j'ai lu sur vous. Par exemple: comment était la vie à Versailles (mis à part ses intrigues)? Quelle est la personne que vous respectez le plus? Quel est votre parfum préféré?

Pour terminer je voudrais m'excuser pour les fautes d'orthographes
*. Voyez, je ne suis pas Française mais Belge, plus exactement je suis Flamande. J'ai fait de mon mieux, c'est le plus important.

J'espère que cette marque de respect saura vous toucher autant que vous avez touché ma vie...

Cordialement,

Anne-Lise

* Les fautes dont parle ici l'auteure de cette lettre ont été corrigées par Dialogus. (NDLR)

 

       
         

Marie-Antoinette

     

Chère Anne-Lise,

Je vous remercie infiniment des belles paroles que vous m’avez écrites.

Pour répondre à votre question sur la vie à Versailles, il n’y avait point de vie à Versailles qui n’était pas entourée d’intrigues. Je dirais même que sans les intrigues, il n’y aurait pas eu de vie à Versailles! Je n’ai jamais aimé la lourde étiquette qui y était imposé et j’eu toujours du mal à vivre avec elle. L’Étiquette ne m’était pourtant pas étrangère, car elle existait aussi en Autriche. Mais celle de Versailles me pesa particulièrement. Je n’ai jamais pu m’y faire et peut-être est-ce pour cela que j’ai tant aimé m’en éloigner à Trianon.

La personne que j’ai le plus respectée est mon mari, le Roi Louis XVI. Bien que nous nous soyons mariés très jeunes sans que l’amour y eut quelque part que ce soit, j’ai appris à respecter l’homme qu’il était comme je respectais déjà son titre. La jeunesse m’a parfois fait oublier ce respect que je lui devais et je lui suis reconnaissante d’avoir toujours su me comprendre et me pardonner. Il n’en est devenu que plus respectable encore.

Il m’est difficile de vous dire mon parfum préféré! Dans l’endroit où je me trouve, n’importe quel parfum me paraîtrait comme un don du ciel! Je les aime tous!

À bientôt, chère Anne-Lise,

Marie-Antoinette