Martine
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Sympathie
 

    Majesté,

Je tenais à vous envoyer ce petit mot pour vous exprimer toute ma sympathie à votre égard. Je suis révoltée par ce que les Français vous ont fait subir et vous considère comme une martyre de la Révolution.

Passionnée de cette période, j'ai eu l'occasion de lire des dizaines d'ouvrages traitant de votre vie et c'est toujours avec la même émotion que je les referme.

Cependant, une question me hante toujours. Étiez-vous française dans votre cœur ou étiez-vous restée autrichienne?

Majesté, je vous prie de croire en mon éternelle sympathie,

Martine

Chère Martine,

Je n’ai jamais compris ces accusations, ces sentiments que l’on me prêtait, dont je suppose qu’on me les prête encore, et qui semblent avoir traversé le temps.

Je vous répondrai par une question. Je suis, bien entendu, fière de ma naissance. Mais j’ai quitté l’Autriche à l’âge de quatorze ans pour ne plus y retourner, du moins à ce jour. J’ai été marié au dauphin de France, je suis reine de France. J’ai porté les enfants de France et je suis mère du roi. Je n’entends presque plus l’allemand et je ne puis plus le parler, et ce depuis bien longtemps. Alors vous-même, chère Martine, qu’en pensez-vous?

Marie-Antoinette