Le citoyen Maurice
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Réponse à Brigitte, une pauvre bécassine...
 

   

Madame Marie-Antoinette (dite Madame veto),

Je cite cette Brigitte:

«Votre Majesté,

Wow! Cet homme, «le citoyen Maurice» (un autre qui s'écoute et qui s'admire, un macho, non un chauvin frustré), est comme une autruche: il s'écoute et s'admire. Nous sommes en 2010 et, pour ma part, républicain démocrate: mon œil! Je dirais que c'est de la politique et la politique est sale. Tout le monde tire sur la couverture pour avoir le meilleur avantage; le pouvoir est le pouvoir et quand c'était la monarchie, eh bien! il y avait un peu plus de valeur et de classe; aujourd'hui, les coups bas sont de mise.

Je connais très peu de la monarchie, mais ce que je connais, c'est que la plupart des rois et reines essayaient toujours de faire le mieux qu'ils pouvaient selon leur connaissance et c'est déjà plus que nos politiciens d'aujourd'hui qui font tout pour rester au pouvoir et gagner des votes. Donc, le mot «mensonge» est leur devise!»

Quelle pauvre bécassine que cette Brigitte qui vous a écrit cette insignifiante lettre à mon sujet! C'est un perroquet ignare et imbécile. Elle est à plaindre. Il est risible de constater son manque de culture et son manque de connaissance de l'Histoire. Ceci ne l'empêche pas pour autant de ramener sa fraise et de me critiquer avec des arguments qui ne tiennent pas la route. Elle veut polémiquer et elle veut croiser le fer avec moi. Quelle prétention! Elle n'est pas de taille pour ça, cette nouvelle Jeanne d'Arc! Elle a tout pour rester modeste, et devrait se taire plutôt que de raconter des c... Après une brève analyse, disons que son discours ne mérite ni commentaire ni réponse.

Le choix qui est le mien n'a rien de naïf. Jouir d'une République saine et démocratique est un combat de tous les jours, et nous nous devons de rester vigilants pour nous protéger de toutes les dérives vicieuses de la politique, même si nous sommes, par bonheur, en République. Combien de mes compatriotes en ont conscience aujourd'hui? Très peu à mon avis. La grande majorité, n'ayant hélas vraiment pas ou peu d'éducation politique, se laisse facilement berner par de fausses promesses électorales et des mensonges du style: «Travaillez plus et vous gagnerez plus ...»

Évidemment, tout le monde n'est pas aussi honnête que le grand Robespierre qu'on surnommait «l'incorruptible». On peut citer aussi Jean Jaurès, un homme magnifique, «apôtre de la paix». Et tous ces héros de la Commune de Paris (1870), ces fameux communards qui se sont battus avec acharnement pour la démocratie et qui furent exterminés jusqu'au dernier par le gouvernement de Monsieur Thiers, infâme boucher du peuple parisien. Et les glorieux révolutionnaires Républicains qui ont renversé le sinistre roi Louis Philippe Ier, dit «Louis la poire». On pourrait multiplier les exemples.

Si la liberté semble aujourd'hui toute naturelle à cette inconsciente «Madame Brigitte», cette même dame oublie trop vite que la liberté n'est pas venue toute seule. C'est au prix du sang qu'elle fut conquise. Cette dame ingrate devrait plutôt remercier très chaleureusement ceux qui, dans la passé, se sont battus pour elle. La liberté et la démocratie ne nous seront jamais offertes sur un plateau d'argent. C'est à nous de nous battre chaque jour pour les conquérir, pour les reconquérir, et surtout pour les garder.

Une personne sans culture, comme cette Brigitte, ne sait pas tout cela, et même si elle le savait, elle ne le comprendrait pas de toutes façons. Elle en serait incapable. Il lui faudrait un cerveau.

Non, les rois n'ont pas fait tout ce qu'ils ont pu pour la France. Aucun roi ni aucun noble n'est digne d'honneur. Ces gens là n'ont été, et ne sont encore, que des scélérats, des tyrans sanguinaires, et des parasites qui s'engraissent sur le dos de leur peuple. L'histoire de France l'a abondamment démontré au cours des siècles. Mais les Français et les Françaises, surtout Brigitte, ont la mémoire courte. Si cette Brigitte est masochiste, c'est-à-dire si elle aime souffrir, alors libre à elle d'être «royaliste». Mais il ne faut pas compter sur moi pour que j'en vienne à l'imiter.

Pour ma part, contrairement à ce qu'elle affirme stupidement, je ne m'écoute pas, je ne m'admire pas non plus, je ne suis ni «un macho» ni «une autruche» ni un «chauvin frustré». Je suis simplement quelqu'un qui a la chance d'avoir du bon sens, ce qui malheureusement ne semble pas être le cas de cette Brigitte. Cette dame est à votre image, pauvre Marie-Antoinette. Elle ne comprend rien à rien! Voilà ma réponse à des attaques qui ne me font vraiment pas de mal tellement elles sont grotesques et crétines. Il y a longtemps qu'on ne m'avait pas fait rire autant, tellement ça vole bas.

Je vous renouvelle ma compassion, et je regrette que rien ne puisse vous faire changer d'avis. C'est un gâchis gravissime.

Courage à vous, ma pauvre Marie Antoinette. Je pense qu'aucune de vos fautes ne peut justifier toute cette souffrance que vous endurez. Vous me faites une immense peine, et je pense à vous chaque jour, pour vous soutenir en pensées et avec mon cœur .

Vive la République!

Le citoyen Maurice



Monsieur Maurice,

Brigitte a simplement des idées différentes des vôtres. Mais je remarque dans vos deux discours un point commun: vous êtes tous les deux insatisfaits de la politique de la France à votre époque. Et je suis bien triste que les choses soient ainsi dans votre temps.

Je vous remercie une fois de plus pour votre compassion. Je la sens et je l’apprécie.

Marie-Antoinette