nabila.r+wanadoo.fr
écrit à

   


Marie-Antoinette

     
   

Pour connaître la vraie Marie-Antoinette

   

Majesté, c'est moi Nabila, votre amie fidèle et dévouée.

Je fais en ce moment un exposé sur l'année 1789, à mon grand bonheur. Je viens de terminer une biographie sur feu Louis XVI et je me suis mise à la vôtre. Malheureusement, chaque livre, chaque écrit raconte une vie différente. Aussi me suis-je dit que votre avis serait le plus convenable. J'aimerais beaucoup, Madame, que vous me décriviez de votre vie les moments les plus importants et ses tournants décisifs. Je voudrais reconstruire l'existence de la belle, la véritable Marie-Antoinette dans ses moindres détails, dans sa plus parfaite vérité afin d'effacer les fausses calomnies, dévoiler les vraies injustices et vous rendre un salut digne de votre rang. C'est la seule requête que j'ai à vous faire autre que de prendre soin de vous et de chérir vos enfants, afin qu'un peu de votre amour atteigne leurs coeurs et réchauffe les pièces sombres et glaciales dans lesquelles les révolutionnaires les ont séquestrés.

Entretenez avec soin la flamme d'espoir qui brûle en vous, ne la laissez jamais s'éteindre, et battez-vous contre les révolutionnaires qui veulent votre mort! Souvenez-vous que le vrai combat commence lorsque l'on croit que tout est perdu. Il n'y a qu'un principe, priez le ciel pour vos enfants et pour que Monsieur de Fersen et vos amis viennent vous délivrer de cet enfer!

Je fais de mon mieux pour vous soutenir, ne me décevez pas en perdant espoir. Toutes mes pensées sont tournées vers vous et vos enfants.

Nabila


Très chère Nabila,

D’abord, laissez-moi vous remercier pour vos bons mots. Ils me vont droit au cœur, et rassurez-vous je ne perds pas espoir.

En ce qui concerne votre demande, je ne peux y répondre ici de façon complète. Il y a tant de moments importants et de tournants décisifs! Cela serait beaucoup trop long à raconter et je préfère répondre à vos questions sur l’un ou l’autre de ces moments, si vous en avez.

Donc, à très bientôt, chère Nabila,

Marie-Antoinette