Manon
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Ma royale et chère reine
 

   

Ma chère et douce reine,
 
Je m'appelle Manon, j'ai quatorze ans et je suis actuellement en classe de seconde. Je compte faire des études de droit pour être avocate.

Je serais, selon de nombreux papiers et histoires familiales, l'une de vos descendantes. Si vous saviez quel honneur c'est pour moi! Quand je vois ce que le monde est devenu, avec sa «République» et leur «Liberté». Vous êtes morte en ce nom!

Cela dit, je vous ai grandement étudiée à travers d’innombrables livres et parfois j'ai l'impression d’être votre réincarnation!

Pour ce qui est de votre «liaison» avec monsieur de Fersen, vous n'avez pas à vous en justifier! Ce que je vais dire est cruel mais on vous a imposé Sa Majesté Louis Auguste, et bien qu'il soit gentil, le fait que vous ayez «fauté» avec ce ravissant Suédois est tout à fait «naturel». On ne commande pas l'amour.

Je vous ai défendue de nombreuses fois lors de cours d'Histoire dans lesquels on vous faisait passer pour une affreuse femme! J'ai confiance en vous!

Serait-il possible d'entretenir une correspondance car j'aurais quelques questions à vous poser?

Je vous embrasse tendrement.

Vive la monarchie, vive le roi, vive la reine!

Manon



Chère Manon,


Avocate! Il me paraît tout à fait incroyable qu’une femme puisse -et veuille- exercer un tel métier! 

Il me fera plaisir d’entretenir une correspondance avec vous, j’ai tant besoin de me changer les idées!

Au plaisir de vous lire de nouveau,

Marie-Antoinette