Élodie
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Ma Reine
 

    À son altesse de France,

Bonjour Madame,

Comment allez-vous? Comment vont vos enfants? Madame, pouvez-vous me parler de la bienséance et des liens que vous avez eu avec vos enfants? Pour moi, vous n'êtes pas seulement une reine mais une mère car vous avez pleurez la mort de vos enfants (pardonnez-moi de vous le rappeler).

Vous étiez la seule à ma connaissance qui ait pleuré à l'enterrement de ses enfants. Est-ce que vos enfants avaient des amis?

Je connais votre futur, je suis une républicaine, mais je trouve que les républicains sont allés un peu trop fort.

Ils ont sûrement oublié que vous avez épousé Louis XVI par devoir à l'âge de quatorze ans. Toutes les jeunes filles de cet âge auraient fait comme vous, c'est à dire dépenser.

Si j'étais eux, je vous enverrais loin de France avec vos enfants et je ne les désignerais pas comme héritiers de la France.

Pardonnez-moi, madame, pour ces dernières phrases je voulais vous dire mon opinion sur la question. Sachez que je vous admire profondément et que je suis triste de votre mort.

Élodie

Chère Élodie,

Je suis partagée entre l'envie de vous remercier pour vos mots et me mettre en colère face à certains d’entre eux. Comment pouvez-vous dire tant de vérités et de si méchantes choses dans une même lettre?

J’adore mes enfants, vous avez raison. De simples mots ne peuvent exprimer à quel point.

Mais je suis aussi Reine de France et mon fils en est désormais le Roi. Les héritiers ne sont pas nommés, ils naissent dans cette position. Pourquoi en irait-il autrement pour mon fils? Bien sûr, je souhaite sa sécurité avant tout. Mais jamais il ne faudra renoncer. 

Et je ne perds pas espoir…

Marie-Antoinette