Anonyme
écrit à

   


Marie-Antoinette

     
   

L'impératrice Marie-Thérèse

    Votre Altesse,

Votre mère vous a toujours répété de donner un héritier à la France. Lorsque vous avez eu Madame Royale, elle vous a encore demandé de donner à la princesse un petit frère. En 1780, vous avez fait une fausse couche. Celle-ci est-elle dû à la pression que vous subissiez de la part de votre mère?

Avez vous également fait une seconde fausse couche en 1783? Dans votre jeunesse, l'impératrice était-elle une mère attentionnée pour vous?

Avec mes plus sincères salutations



Très chère,

Il était tout naturel que ma mère, comme tout le reste de mon entourage, se souciât de me voir donner un Dauphin à la France. N'est-ce pas là le rôle premier d'une Reine? De plus, il s'est écoulé beaucoup de temps entre mon mariage et la naissance de ma fille, ce qui ne pouvait qu'inquiéter mon entourage et même ma mère. La pression, comme vous dites, ne venait pas seulement d'elle mais bien de toute la Cour, pour ne pas dire toute la France.

Ma mère était attentionnée avec ses enfants. Bien qu'elle fût très occupé, elle prenait de son temps pour le passer avec nous. Mais elle se devait aussi de gouverner et bien qu'elle ait été proche de nous, elle était Impératrice avec toutes les responsabilités que cela implique. Cela faisait partie intégrante de sa personne, comme son amour pour ses enfants.

Au revoir, très chère,

Marie-Antoinette