Cassandre
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


L'équitation
 

    Re-bonjour Votre Altesse.

Je sais que cela peut vous paraître malpoli de vous écrire à nouveau, alors que vous n'avez probablement pas encore eu le temps de répondre à mon premier message, mais j'ai tant de choses à vous demander! Je vous admire tant!

Je fais de l'équitation depuis l'âge de trois ans. J'adore les chevaux et ayant déjà vu un de vos portraits, où vous êtes très belle, comme d'habitude, je sais que vous montiez à cheval. Le faisiez-vous souvent? Sur ce portrait, une chose a attiré mon attention: vous n'étiez pas en robe. Vous arrivait-il donc de monter à califourchon? Accompagniez-vous votre époux à la chasse quelques fois? Je suis presque sûre que si vous montiez à cheval, vous deviez avoir plusieurs chevaux, n'ai-je pas raison?

Si j'avais vécu à votre époque, j'aurais voulu mourir à vos pieds pour vous défendre contre ces enragés de révolutionnaires.

Avec le plus grand respect, au revoir ma bonne Marie-Antoinette!

Cassandre

Encore une fois, bonjour, chère Cassandre,

Vous passionnez-vous pour l'équitation? Moi, j'adore les chevaux! Même si ma façon de monter à cheval, et le fait même de monter à cheval, m'ont souvent attiré les reproches de ma mère et ce, même à distance, j'ai toujours préféré monter à la manière d'un homme, plutôt qu'à la manière d'une femme; c'est beaucoup plus facile et confortable! Et vous, comment montez-vous?

J'avais à ma disposition plusieurs chevaux; qu'en est-il pour vous?

Au plaisir de vous lire de nouveau, chère Cassandre,

Marie-Antoinette

Bien le bonsoir, votre Altesse,
 
J'espère que vous vous portez bien. Je vous soutiens et je pense beaucoup à vous malgré les deux cents ans qui nous séparent.

Merci de m'avoir répondu. J'ai effectivement lu à plusieurs reprises que votre mère n'appréciait guère que vous montiez à cheval. Il est vrai que cela peut parfois se montrer dangereux; mais, si nous évitions tout ce qui est risqué, je pense que nous ne ferions pas grand-chose pour passer le temps. Je suis de votre avis sur votre façon de monter à cheval. J'ai essayé à plusieurs reprises de monter en amazone et je ne trouve pas cela très agréable non plus. Je pense que l'on est bien trop secoué et, à chaque fois, j'ai peur de tomber. Une fois, j'étais en amazone et je suis tombée à la renverse, tête première; je me suis ensuite retournée par terre. Je me souviens avoir avalé du sable; après quoi, j'ai beaucoup ri en voyant le visage effrayé de mes amies.
 
J'ai aussi plusieurs chevaux à ma disposition. Ils ne sont pas à moi, car je monte dans un haras, mais je les aime comme s'ils m'appartenaient. Mon favori s'appelle Irish Coffee; en anglais, cela signifie «Café irlandais». Il est très beau, sa robe est isabelle. Je ne sais pas si à votre époque on utilise ces termes pour décrire la couleur des chevaux, alors pour vous simplifier la tâche, si ce n'est pas le cas, il est de couleur café au lait. Sa crinière est noire. Il n'a pas bon caractère lorsqu'on le panse ou qu'on le brosse, mais je l'aime tout de même. Une fois, il m'a même écrasée contre le mur de l'écurie! Vous est-il déjà arrivé de chuter et de vous blesser ou d'avoir de mauvaises surprises avec l'un de vos chevaux? Vous souvenez-vous des prénoms de vos chevaux? Lesquels préfériez-vous?
 
Merci Majesté! J'espère que ces quelques questions ne vous ont pas ennuyée.
 
Bien à vous,
 
Cassandre

Très chère Cassandre,

Je vous remercie pour votre lettre. Et je vous donne raison! Il est impossible d’éviter tous les risques. Je crois que ma mère craignait surtout que je ne puisse pas enfanter, surtout en montant «en homme». Si cela est arrivé à d’autres, heureusement, pour moi il n’en fut rien. Et puis le plaisir de monter à cheval surpassait pour moi tous les risques!

Je m’imagine bien la couleur de votre Irish Coffee: quel joli nom d’ailleurs, et quel caractère il semble avoir! Le terme «isabelle» est aussi un terme que nous utilisons.

Il m’est arrivé de chuter ou qu’un cheval essaie de me mordre, mais je n'ai jamais eu de blessure sérieuse, heureusement! Je possédais plusieurs chevaux, avec tant de noms que je ne puis commencer à vous les nommer! Si l’on souhaitait me faire plaisir, m’offrir un cheval serait un bon moyen! Je me souviens d’ailleurs que l’on m’a offert un beau cheval espagnol, que j’ai particulièrement apprécié. Et des chevaux, l’on m’en a offert plus d’une fois!

J’espère avoir le plaisir de vous lire de nouveau, chère Cassandre. Dans cette attente, prenez grand soin de vous,

Marie-Antoinette


Bonsoir Majesté,
 
J'espère de tout mon cœur que vous vous portez bien, et que vos conditions de vie ne sont pas trop difficiles.
 
Oui, il est vrai que monter à cheval peut rendre stérile, mais pour le devenir, je pense qu'il faudrait vraiment monter tous les jours, avec un entraînement intensif. Bref, il faudrait être quasiment toujours à cheval.

À vrai dire, j'ai sept années de «carrière» derrière moi, et j'avoue n'avoir fait qu'une chute plutôt traumatisante: lors d'un jeu à cheval, j'étais lancée sur la piste au grand galop, mais mon cheval a dérapé et a glissé. Il est tombé avec moi. Nous avons chuté et glissé sur trois mètres. C'était une vision d'horreur, ma monture a failli me tomber dessus, mais heureusement cela ne fut pas le cas. Je n'ai pas vraiment réfléchi avant de me remettre en selle: si j'avais attendu trop longtemps, j'aurais eu peur de remonter. Et tout aurait été fini pour moi.
 
Des chevaux m'ont déjà mordue moi aussi. Un jour, un poney m'a attrapé la jambe lorsque je lui curais les sabots.
 
Je donnerais n'importe quoi pour posséder mon propre cheval, mais je ne peux pas me permettre de dire que vous avez de la chance d'en avoir plusieurs, étant donné votre condition à l'instant qu'il est.
 
J'aimerais désormais vous parler du saut d'obstacles. J'ai également discuté de ce sujet avec votre époux. Avez-vous, comme lui, déjà pratiqué le saut d'obstacles? J'ai lu dans un livre qu'à votre époque, pour sauter, il fallait reculer le buste et tendre les jambes vers l'avant; or, à mon époque, c'est l'inverse! Nous devons nous coucher sur l'encolure, les rênes très courtes. Si j'ai raison, je n'ose même pas imaginer les bonds que le cavalier devait faire lors du saut. Pourriez-vous m'éclairer sur ce sujet, s'il vous plaît? Je vous en serais très reconnaissante.
 
Je vous souhaite une bonne soirée, et j'espère que vous vous porterez bien d'ici notre prochaine conversation.
 
À bientôt, Majesté, je vous admire et vous soutiens. Bien à vous,

Cassandre

Très chère Cassandre,

Vous avez raison, il ne faut jamais hésiter à se reprendre tout de suite lorsque l’on tombe, et ce dans toutes les occasions de la vie! Vous avez eu un bon instinct.

Je n’ai malheureusement jamais pratiqué le saut d’obstacle, même si mon courage à cheval me l’avait permis! Mes amis et ma famille, eux, ne le souhaitaient pas et, croyez-moi, j’étais étroitement surveillée sur ce sujet! Je ne peux donc pas, malheureusement, vous en dire davantage.

Je vous remercie, chère Cassandre, pour votre soutien et je vous dis «à bientôt!»

Marie-Antoinette