Brigitte

   


Marie-Antoinette

   


Le citoyen Maurice
 

   


Votre Majesté,

Wow! Cet homme, «le citoyen Maurice» (un autre qui s'écoute et qui s'admire, un macho, non un chauvin frustré), est comme une autruche: il s'écoute et s'admire. Nous sommes en 2010 et, pour ma part, républicain démocrate: mon oeil! Je dirais que c'est de la politique et la politique est sale. Tout le monde tire sur la couverture pour avoir le meilleur avantage; le pouvoir est le pouvoir et quand c'était la monarchie, eh bien! il y avait un peu plus de valeur et de classe; aujourd'hui, les coups bas sont de mise.

Je connais que très peu de la monarchie, mais ce que je connais, c'est que la plupart des rois et reines essayaient toujours de faire le mieux qu'ils pouvaient selon leur connaissance et c'est déjà plus que nos politiciens d'aujourd'hui qui font tout pour rester au pouvoir et gagner des votes. Donc, le mot «mensonge» est leur devise!



Chère Brigitte,

J’ai appris avec le temps et les épreuves que l’on ne peut pas discuter avec la majorité des révolutionnaires. Il existe des exceptions, comme ce Loiz qui communique avec moi. Il semblerait que vous ayez accès à mes lettres passées; si cela est le cas, je vous invite à les lire. Nos conversations sont bien intéressantes et, malgré leurs sujets, elle ont entre autres le mérite de m’apporter une distraction qui est bienvenue, je puis vous l’assurer. Quant au citoyen Maurice, il fait partie de ces révolutionnaires qui se sont laissés convaincre par les rumeurs et les ragots. Malgré cela, je lui reconnais une compassion qui me touche. Cela est déjà bien plus que la plupart de ceux que j’ai l’occasion de côtoyer au quotidien!

J’espère avoir le plaisir de vous lire de nouveau,

Marie-Antoinette