Markus
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Le chevalier d'Éon
 

    Chère Majesté,

Connaissiez-vous le chevalier Charles Geneviève d'Éon ?

Ce personnage mystérieux fait encore couler beaucoup d'encre deux siècles après sa mort. On ne sait pas s'il (elle) est un homme ou une femme. Le cas du chevalier-chevalière d’Éon fascine le monde entier.

Aussi, j'ai appris qu'en 1774, pressé de clarifier sa situation par un envoyé du feu roi votre époux, le chevalier d’Éon signa une proclamation où il révélait enfin son sexe. Il déclarait être une femme. Le roi contraignit alors l’ancien chevalier à ne jamais plus se travestir en homme et à conserver son statut de femme en toutes circonstances. Une ordonnance fut prise le 27 août 1777 par le roi lui donnant ordre de quitter l'uniforme de dragons qu'elle continuait à porter et de reprendre les habits de son sexe, avec défense de paraître dans le royaume sous d'autres habillements que ceux convenables aux femmes. I lfut désormais mademoiselle d’Éon et rentré en France, il reçut de Sa Majesté une garde-robe digne de son nouveau sexe. Mais il dut s'exiler à Tonnerre où les plus grands personnages le visitèrent. Est-ce vrai ?

Si cela s'était vraiment passé ainsi, pouvez-vous me dire si ce personnage était un homme ou une femme? Que pensez-vous de cette mystérieuse personne qui fut le chevalier d'Éon, agent secret de Louis XV et par la suite de votre époux, Sa Majesté Louis XVI?

Je vous pose cette question, car le 21 mai 1810, en effectuant la dernière toilette de la défunte chevalière d'Éon, on découvrit avec stupéfaction que cette vieille dame... Était un homme. Un chirurgien accompagné de plusieurs membres de la Faculté médicale de Grande-Bretagne déclara dans un rapport médico-légal, le 23 mai 1810: «Par la présente, je certifie que j'ai examiné et disséqué le corps du chevalier d'Éon et que j'ai trouvé sur ce corps les organes mâles de la génération parfaitement formés sous tous les rapports».

Bien à vous,

Markus

Cher Markus,

Je n’ai attaché que peu d’importance à ce personnage, qui semble tant fasciner votre époque. Je ne suis cependant pas choquée de ce que vous me dites puisque, à ma connaissance, sa véritable nature était encore un mystère. Mais quel drôle de destin malgré tout!

Au revoir, cher Markus,

Marie-Antoinette