Marie
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Je suis triste pour vous, ma Reine
 

   

Madame,

Je ne sais si Dialogus est encore actif, mais j'espère de tout cœur recevoir une réponse de votre part. Je souhaitais vous faire part de toute l'admiration que j'ai pour vous. J'ai été frappée par la tristesse de votre destin un jour où je me suis rendue à Paris, au Petit Palais, voir une exposition qui retraçait votre histoire. J'ai également visité la Conciergerie, et je ne peux vous décrire l'émotion qui m'a submergée lorsque j'ai imaginé votre silhouette malade penchée sur la minuscule table que l'on vous avait accordée.

À mes yeux, le Hameau est un endroit paradisiaque, et je comprends que vous vous soyez enfuie souvent de la cour pour vous y rendre!

Mon cœur s'emballe lorsque je marche dans la galerie des glaces à Versailles, car je vous imagine vous regardant dans une glace où je me contemple.

En résumé, Votre Majesté, je voulais vous envoyer par cette missive toute mon affection et ma bienveillance, vous qui êtes, et resterez jusqu'à la fin des temps, la plus grande reine de France.

Respectueusement,

Marie.


Très chère Marie,

Votre lettre a su mettre du bonheur dans mon cœur, ce qui n'est pas chose aisée à faire dans l'état où vous me trouvez! Votre affection me touche. Et vous me voyez heureuse de voir que le Hameau existe toujours après tout ce temps.

J'espère avoir le bonheur de vous lire de nouveau, chère Marie,

Marie-Antoinette