Sylvie
écrit à

   


Marie-Antoinette

   


Diana, la princesse du peuple
 

   

Votre Majesté,

J'aimerais savoir si vous avez entendu parler de la princesse de Galles que tous appellent «la princesse du peuple» et qui a perdu la vie sous le pont de l'Alma avec son chauffeur, un de ses amis égyptien Dodi Al Fayed. Elle s'appelait Diana et je peux vous dire qu'elle n'a pas eu une vie heureuse à la cour d'Angleterre. Son mari, le prince Charles, l'a trompée avec une autre femme, Camilla Parker-Bowles. Diana a eu deux fils dont l'un se marie l'an prochain avec une roturière. La pauvre princesse, qui a été tuée lors d'un accident de voiture, n'assistera pas à ces élans de bonheur. Elle était belle, blonde, issue d'une famille aristocratique du nom de Spencer, dont les origines venaient aussi de France. Elle était peut-être de votre famille, car ses ancêtres ont été mariés avec des Habsbourg-Lorraine, des Hohenzollern, des Bourbon. Le jour de son enterrement des millions de Britanniques lui ont fait parvenir de très jolies fleurs blanches. Un hommage lui a été rendu par la cour royale et la reine Elizabeth II a exprimé au peuple anglais son admiration pour Lady Diana.

Je la compare à vous, car elle vous ressemble. Elle est décédée non loin de la place de la Concorde à Paris, là où fut exécuté notre roi. Quelle destinée: mourir non loin du premier des Français! Tout un symbole, n'est-ce pas?

Je vous embrasse, ô ma reine!

Très sincèrement vôtre,

Sylvie



Chère Sylvie,

Je n’ai pas l’honneur de connaître la princesse d’Angleterre dont vous me parlez. Je comprends que c’est une princesse de votre temps? Je vous remercie de m’en avoir touché un mot. Cela est bien triste. Mais ne suis-je pas désormais habituée aux histoires tristes?

Marie-Antoinette